Belle dégustation des vins de la maison Bolle, avec Jean-François Crausaz

J’avais croisé Jean-François Crausaz à Féchy, quelques jours plus tôt, alors que nous participions à une journée d’information sur « Féchy, Vignoble classé ». Nous en avions profité pour agender ce rendez-vous au domaine du Plessis, à Vufflens, où nous avons fait un large tour du panorama des vins de cette maison morgienne, qui est présente sur une grande partie du vignoble de La Côte, à Féchy  : la cuvée Filet d’Or 2014 avait remporté en novembre 2015 les Lauriers de Platine Terravin, jusqu’à Luins avec le domaine de Sarraux-Dessous.

La dégustation des vins :

Brut de Licorne : un vin mousseux extra brut (1,5 gr de SR) 100 % pinot noir. Joli fruit, avec des notes de pèche dominantes. Bien que ce vin soit pourtant un extra-brut, son attaque n’est pas mordante. Bel équilibre en bouche, les bulles sont assez grosses. La finale est accompagnée d’une note citronnée. Un mousseux réalisé en partenariat avec Daniel Marendaz, le spécialiste vaudois de la prise de mousse (il est basé à Mathod, à quelques kilomètres d’Yverdon.
Une production de 3.000 bouteilles, dégorgées en trois fois. Cette bouteille était issue du premier dégorgement. Les deux milles bouteilles seront dégorgées pour être prêtes en fin d’année. DSC_0812

Morges Grand Cru 2015 : c’est bien sûr un chasselas. Cette cuvée est issue de raisins provenant de trois communes de l’appellation Morges (qui en compte pas loin de trente). Le nez est sur les fruits jaunes mûrs, avec un petit accent de fruit confit. Belle attaque, le toucher de bouche est très fin, la finale est longue, accompagnée d’une note de caramel au lait.

Dom. du Plessis 2015 : Un nez encore un peu fermé, avec une note minérale dominante. La bouche est longiligne, fraîche, élégante. Il se développe dès l’attaque une légère note fumée, et en finale une note citronnée. Le gaz carbonique est très fin et discret. Un fort joli chasselas, très fin en bouche, qui se mariera avec succès avec des poissons du lac. La vendange de cette récolte est toujours la dernière du Domaine du Plessis, avec celle du Ch. de Vufflens, après celles des vins rouges, hormis la vendange du merlot.

Château de Vufflens 2015 : Le nez est ouvert, avec une touche florale évoquant le tilleul en fleur.
La bouche est un peu ronde, quoi que sèche, mais clairement moins tendue (ou plus souple) que celle du domaine du Plessis. C’est un vin frais, fin et équilibré, de belle longueur, plutôt gourmand.

Domaine de Sarraux 2015  (Luins): avec cette cuvée, on quitte l’appellation Morges bien sûr. Le caractère minéral de ce chasselas est très net. En bouche, la finesse et la fraîcheur sont remarquabless. C’est un vin bien constitué, élégant et long. Bien que jugé très séduisant aujourd’hui, Jean-François considère pourtant cette cuvée comme étant un vin d’automne.

La Côte 2015, « 1er Choix » : je déguste cette cuvée dix jours seulement après sa mise.
Le nez est plutôt fermé, mais on sent des arômes de fruits jaunes bien mûrs. La bouche, est quant à elle, très expressive. Riche, presque grasse, mais pourtant parfaitement équilibrée, elle s’avère très gourmande. C’est un chasselas plus consistant en bouche que ceux des domaines de Sarraux ou du Plessis, mais qui ne possède pas non plus leur caractère minéral. C’est un vin très persistant. Je l’imagine sans peine se marier avec des fromages à pâtes molles où même dures, pour autant que ces fromages soient très frais ou jeunes. Très apprécié. L’étiquette, volontairement rétro, évoque la fondation de la maison Bolle, avec le rappel de la date de sa création : 1865.DSC_0817Chardonnay 2015 : une petite touche de noisette blanche au nez, mais aussi de fruit mûr. Ce chardonnay, qui possède une très belle structure, ne manque surtout pas de fraîcheur ni d’équilibre. Très jolie longueur.  A savoir attendre un peut tout de même. Joli potentiel pour ce vin. DSC_0815

Pinot Gris 2015 La Licorne : Un nez expressif, intense, avec des notes de fruits exotiques tels que le litchi, la mangue aussi, mais aussi des fleurs des champs, du miel. La bouche est grasse, riche comme le millésime peut l’avoir provoqué, mais très équilibrée (volontairement, il n’y a pas eu de seconde fermentation) et aussi de très belle longueur. Enfin, et ce n’était pas une gageure d’y parvenir, c’est aussi un vin qui est resté sec. Coup de coeur pour ce pinot gris.DSC_0814

Oeil-de-Perdrix du Château de Vufflens 2015 : C’est un vin expressif, sur les fruits rouges (fraise et groseille), franc au nez et en bouche, agréablement tonique mais fin, et de belle longueur. C’est un oeil-de-perdrix construit sur la fraîcheur plutôt que sur la puissance. Avec un taboulé et des merguez il devrait filer le parfait accord.

Rosé du Domaine de Sarraux (Luins) 2015 : c’est un assemblage contrairement à l’Oeil-de-Perdrix qui est un rosé de pinot noir. Ici, à parts égales, il s’agit des cépages pinot noir, gamay et garanoir. Le fruité est intense, avec des notes de fraise, de cerise rouge, de groseille. La bouche est également intense, grasse, mais aussi tendue. Il reste pourtant un peu de douceur, fort discrète, due au garanoir. Belle longueur en bouche.DSC_0816Pinot Noir La Licorne 2015 : Très joli nez, complexe, avec des notes de fruits noirs, de fumée et d’épices. La bouche est agréablement concentrée, un peu grasse, mais pourtant pourvue d’une acidité très agréable. J’apprécie la qualité des tanins, à la fois fermes, gras et mûrs. Très jolie longueur. C’est un pinot noir bien typé. Il a été élevé dans un foudre de 1977.DSC_0818

Château de Vufflens 2015 : la « 4G » est à portée de toutes les mains et de toutes les bourses : gamay, garanoir, gamaret et gallota.
Le nez est très agréable, fin et intense, sur des notes florales et fruitées (cerise noire) et une autre note de fumée. La bouche est structurée, avec de beaux tanins bien mûrs.
A attendre un peu pour en profiter pleinement. Mais ce vin se laisse déjà très bien déguster dès maintenant.

Le Gamay « barrique » 2014 : confiant en la matière de son protégé, Jean-François Crausaz n’a pas hésité à élever ce gamay dans du bois neuf. Le résultat est à la hauteur de ses ambitions. Cette cuvée est remarquable de bout en bout. Au nez, le vin est expressif, avec des notes intenses de confiture de cassis, de cerise rouge. En bouche, on ne peut que souligner la qualité de l’ensemble : bouche riche et fraîche, d’une grande finesse. C’est un vin jeune, délicat, au boisé parfaitement intégré. Très jolie longueur finale. Une réussite. Bravo. Coup de coeur. Je n’ose pas vous avouer son prix. Si ! : 19 CHF. Il n’y en aura donc pas pour tout le monde. A vos marques ? Prêts ? Commandez ! DSC_0827

Galotta  2014 : Nez sur des notes très mûres, de cerise noire, mais aussi d’élevage, mais discrètement (boisé toasté). La bouche est étonnante de structure, surtout si l’on considère qu’il s’agit du millésime 2014… La jeunesse de ce vin se traduit aujourd’hui par ses tanins, un peu accrocheurs, mais pas durs. Belle longueur. Avec ce galotta, on n’est clairement dans un registre de vin de cépage plus que de terroir. Mais il en faut pour tout les goûts, et ceux qui aiment les vins riches, avec des bouches pleines, se réjouiront que leur région puisse leur en proposer.

Servagnin 2014 : retour dans le terroir morgien avec ce clone spécifique à l’appellation. Note discrète d’élevage au nez avec une note d’eucalyptus, puis de fruit (noyau de cerise), de fruits des bois. La bouche est possède des tanins fins, mûrs, un bel équilibre grâce à une acidité bien maitrisée, et une belle longueur finale. DSC_0831

Pinot Noir Barrique 2013 Jean-Jacques Bolle : Notes de fruits noirs, de boisé aussi. Ce nez indique une très belle maturité. La fraîcheur de la bouche me surprend en bien. Je m’attendais à avoir un vin plus riche et plus dense. C’est un pinot noir certes structuré, mais très sapide surtout. Très jolie longueur finale. Un très beau vin.

Cuvée Unique 2014 : cette année, il s’agit d’un assemblage de Galotta, de Gamaret et de Plant Robert. C’est une petite production (moins de 1800 bouteilles). Un vin intense au nez, avec des notes de fruits mûrs et frais comme la cerise. En bouche , cette cuvée Unique ne manque pas de fraîcheur, mais elle possède une concentration qui évoque un peu celle du gamay barrique. Sa finesse n’est pas en reste et permet d’équilibrer ce vin étonnamment puissant.

Larmes de Licorne 2013 : Un peu de douceur pour finir. Et une jolie surprise, dûe en grande partie à la complexité aromatique de ce vin : notes de coing, de miel, d’abricot, de poire, de citron. En bouche, la fraîcheur et la finesse subliment le toucher de bouche. La belle acidité de ce vin lui permet de supporter les 130 grammes de sucres résiduels. Très jolie longueur finale.

Si vous êtes à la recherche de beaux vins rouges issus du millésime 2014, aller franchir la porte de la maison Bolle. C’est sans risque. Le millésime 2015 est généreux qualitativement et très prometteur. Bravo Jean-François, on sent tout le plaisir et le savoir-faire du maître de chai dans les vins !

Où trouver ces vins ?  :

Oenothèque La Licorne
Rue Louis de Savoie 77
1110 Morges
site Internet : www.bolle.ch

Share This: