Trois syrah valaisannes des millésimes 2000, 2004 & 2008

Le premier vin dégusté aura été la Syrah Quintessence millésime 2000 de Benoît Dorsaz (Fully). La robe montre des signes d’évolution avec une robe qui « tuile », encore modérément toutefois. Nez complexe avec des notes fruitées (cerise noire) et notes tertiaires (cuir, tabac). En bouche, les tanins sont fins et polis, mais ils conservent suffisamment de vigueur pour que l’ensemble ait du corps. Bel équilibre et belle longueur finale. Un vin de 14 ans d’âge qui permet d’appréhender le potentiel du cépage dans la région.Syrah 2000 Cave Coronelle Benoît Dorsaz

Le second vin est la Syrah Vieilles Vignes 2004  de Simon Maye (St-Pierre-de-Clages). La robe est très sombre, presque atramentaire. Le nez n’est pas des plus intenses, mais il est agréablement fruité. La bouche est ferme, les tanins sont granuleux, serrés. L’ensemble en bouche est monolithique, manquant de souplesse et de grâce. Est-il encore à attendre ?syrah 2004 Simon Maye
La troisième cuvée est la Syrah 2008 de Daniel et Mikael Magliocco (St-Pierre-de-Clages. La robe est belle et profonde, le nez est complexe, associant des notes fruitées et poivrées. La bouche possède une belle attaque, un corps dense, avec des tanins fins et charnus. Il possède un très bel équilibre et une fort belle longueur. Pas de souci quant à son avenir. Syrah 2008 Maglioccosyrah 2008 Magliocco II

Publié dans Boire en Suisse | Laisser un commentaire

Des vins vaudois sans hic dégustés au Majestic

Hier après-midi s’est déroulée la cérémonie de remise des prix de la sélection des vins vaudois 2014 dans les salons d’un palace montreusien : le Suisse Majestic. J’ai réalisé la  dégustation d’une grande partie de vins présentés (mais de tous, pressé par le temps que j’étais).

Catégorie Chasselas millésime 2013 : Le vainqueur est le Calamin L’Arpège de Jean-Luc Blondel (cave située à Cully). SVV 2014-Jean-Luc BlondelC’est un superbe vin qui a obtenu en outre la meilleure note de l’ensemble des vins présentés à l’édition 2014 de cette sélection des vins vaudois (près de 950 cuvées présentées). Il a même « creusé » un écart conséquent d’1,4 point avec le second, et 1,8 points avec le 3e de la catégorie, respectivement le chasselas 2013 du Dom. du Prieuré à Perroy et la cuvée Caprice de Madame un chasselas de Mont-sur-Rolle vinifié par Jean-François Crausaz (maison Bolle). Un très beau podium. Bravo !

Le vinificateur de cette dernière maison a également placé deux crus de la Collection Chandra Kurt sur le podium de la catégorie chasselas millésimes 2012 et 2011. Sans accrocher le premier prix toutefois. Saluons un autre second dans cette catégorie : l’excellent Chardonne Clos de Chatonneyre 2012 (qui a en outre remporté le Trophée des dégustateurs étrangers). Le vainqueur de la catégorie est le St-Saphorin Vieilles Vignes 2012 du Domaine Bovy (Chexbres), une cave qui s’était déjà signalée la semaine passée au Mondial du Chasselas, dans la catégorie vieux millésimes.

Catégorie autes cépages blancs secs : le vainqueur est un vin de cépage Doral, millésime 2012. Il nous vient du Domaine Olivier Ducret, vigneron à Chardonne. On l’appréciera à table avec des asperges vertes. Je suis convaincu que leur mariage devrait faire des étincelles. Le pinot gris de Corseaux 2012 de la Cave des vignerons de Corseaux-en-Lavaux a du coffre et de la finesse. Il devrait en surprendre plus d’un après un affinement d’une ou deux années dans votre cave. J’ai beaucoup apprécié l’assemblage Tour Blanche 2012 de la cave Obrist (Vevey), puissant, harmonieux et d’une belle aromatique.

Catégorie vins rosés : deux premiers prix. Un assemblage de gamaret et garanoir de la cave Uvavins (Rodrigo Banto à la baguette de la vinification),  puissant et gras, et le rosé de gamay de Yens de Jean-Daniel Coeytaux vigneron à Yens. Un rosé très fin, frais et élégant.  La cave des 13 Coteaux (Côtes de l’Orbe) complète le podium avec un oeil-de-perdrix de pinot noir, et la cave du Ch. de Valeyres obtient le 3e prix avec son rosé La Gavotte.

Voila des vins de rosés friands et d’un très bon rapport qualité-prix. Mais que fait donc le soleil  pour qui nous puissions en profiter ?

Du côté des gamays, c’était un peu le grand écart. Des vins fins sur le fruit, prêts à boire pour certains, et un gamay Grande Réserve Les Romaines 2011 des Frères Dutruy (Founex), fin et puissant mais au boisé actuellement bien perceptible, de garde. Une chose est certaine, le gamay bien travaillé a du potentiel dans le pays de Vaud. A ne pas négliger !

Parmi les quatre pinots noirs récompensés (il y avait plusieurs podiums avec des ex-aequo) 3 caves coopératives et un vigneron encaveur (cave Hegg à Epesses, 3e ex-aequo). Ma préférence hier est allée à la cuvée Gobelins de la cave de Montreux Vevey (3e), mais l’Yvorne Feu d’Amour de l’Association des Vignerons d’Yvorne (2e) et le pinot noir barrique d’Aigle des Celliers du Chablais (1er) étaient forts intéressants eux aussi.

Parmi les autres cépages rouges purs, très beau gamaret  2012 de Philippe Bovet et diolinoir 2012 d’Alexandre Chappuis (Rivaz) Tous deux étaient classés 3e ex-aequo.  Deux crus de la maison Hammel Vins de Rolle sur les deux premières marches du podium. Il s’agissait de deux vins du Chablais. Le premier prix pour le Domaine du Montet 2012, La Lieue, à Bex, dominé par son boisé actuellement, un cru de garde, et le second prix pour le Clos du Chatelard, Apicius, à Villeneuve, remarquable de finesse (coup de coeur pour ma part).

Joli podium de vins d’assemblages rouges. Le premier prix pour Harmonie du Cloître 2011, Aigle, du Domaine Veillon. Un peu marqué par son boisé mais avec du potentiel. Second, le Coteau de Vincy Soleil Rouge 2012  est plus souple en bouche. C’est aussi un vin élevé en cuve contrairement aux deux autres vins de ce podium qui sont élevés en barrique. Digeste assurément et avec un bel équilibre. Pour finir ce podium, la Cave des Curtis de Montreux  a réussi un remarquable assemblage Nobles cépages 2012. Un vin également un peu marqué par le bois à ce stade, mais très prometteur et étonnamment concentré. Quant au prix de ces cuvées, sachez que le vin de la cave des Curtis est vendu à 18 CHF départ cave. Un prix peut-être trop bas au regard du travail mené  à la vigne (rendements de 500 gr au mètre carré) et de l’élevage. Sachez en profiter !
Notons que chacun de ces trois vins possède une part de cabernet-franc.

Par manque de temps, je n’ai pas pu goûter les trois vins de la catégorie Vins Liquoreux. La cuvée Quentus 2011 a remporté le premier prix devant le pinot gris Vendange St-Martin d’UVavins, et la cuvée Petite Gourmande 2012 de Bernard et Jacques Gauthey, vignerons à Arnex-sur-Orbe. Trois cuvées médailles d’Or.

Dans la catégorie des vins mousseux, Le Plaisir Brut de la cave des 13 coteaux (dégusté à deux reprises l’an passé lors du Tour de Suisse des Vins Confédérés ou cette année, a remporté le 1er prix et la seule médaille d’Or de la catégorie, devant le Rosé mousseux de La Capitaine de Raynald Parmelin (Begnins) et la cuvée Melchior,  des frères Jean-Luc et Pierre-Yves Kursner de Féchy.SVV 2014-LauréatsBravo à tous les lauréats.

Publié dans Boire en Suisse | Un commentaire

Fabio Penta va vinifier et élever les vins du Domaine de la ville de Morges

Marc Vicari, le directeur du Domaine de la Ville de Morges vient de pêcher un beau « poisson » en la personne de Fabio Penta pour combler le départ de Frédéric Hostettler, qui  souhaitait recentrer ses activités sur le Nord vaudois et plus particulièrement les Côtes-de-l’Orbe.marc_vicari_et_fabio_penta

Fabio Penta, qui travaille depuis une année pour Oenologie à façon (Perroy),  est donc désormais en charge de la vinification et de l’élevage des vins du Domaine de la Ville de Morges. Jusqu’à ce changement d’orientation professionnel l’an passé, il avait travaillé durant 28 ans chez Hammel Vins, réalisant quelques cuvées de « haute-couture » dont l’une est membre de la Mémoire Des Vins Suisses.

On se réjouit de découvrir le fruit de leur collaboration dès l’an prochain.

Publié dans Communiqués de presse | Laisser un commentaire

Au Mondial du Chasselas 2014, la sensation vient du Vully et …de Bourgogne !

Le Concours du Mondial du Chasselas se porte bien. Tant mieux.

Pour sa 3e édition, il a réuni 642 participants. Une petite poignée de vins français (4), un vin des USA, deux autres du Canada, et quarante vins allemands. Voila pour la partie internationale. Soit aussi cinq cent nonante cinq vins suisses, répartis entre l’ensemble des cantons romands et du lac de Bienne.

Le Champion du Monde est vullerain, il s’agit de la cave de

Jean-Daniel et Franziska Chervet, vignerons à Praz,

avec leur cuvée Chasselas Sélection 2013.

Bravo !

Jean-Daniel Chervet et son épouse viennent de gagner le 1er prix des vins blancs d'assemblage. Une première pour le Vully

Jean-Daniel Chervet et son épouse Franziska sont les Champions du Monde 2014 du Chasselas avec leur cuvée Sélection (photo d’archive : fin 2013 leur cuvée L’Arzille avait remporté le 1er prix au Grand Prix du Vin Suisse dans la catégorie des vins d’assemblage de cépages blancs).

Le podium de la catégorie reine se complète ainsi :

2e place pour le chasselas 2013 GC La Côte du Domaine Le Petite Cottens à Luins, la 3e place est remportée par l’Ass. des Vignerons d’Yvorne avec leur cuvée Chant des Resses 2013 Yvorne GC (le millésime 2012 a obtenu une médaille d’argent à l’instar de deux autres crus de la cave, dont le vin mousseux Blanc de Blanc qui obtient la sixième place de la catégorie des vinifications spéciales).

Relevons que parmi les seize vins primés dans cette catégorie, un second cru du Vully a obtenu une note supérieure à nonante, il s’agit du Chasselas « Tour Blanche » de la Cave de la Tour (*). Une cuvée valaisanne parmi ces seize crus, des habitués : Antoine et Christophe Betrisey de St-Léonard. Treize vins vaudois complètent ce palmarès des vins primés. Des vins du Chablais, de La Côte et de Lavaux.

Parmi les vins  de la catégorie avec plus de 04 gr de sucre résiduel il y a deux distinctions : deux vins allemands de la région de Baden : le Gutedel Beerenauslese 2009 du Weingut Wolfgan Löffler qui remporte une distinction Or. Son collègue de la Winzerkeller Auggener a quant à lui obtenu une distinction d’Argent avec sa cuvée Laufener Altenberg Gutedel Terroir Edition 2013.

Une distinction Or dans la catégorie Vinification spéciale. C’est la cuvée E. Obrist 2013 (cave éponyme), un vin élevé en barriques, élevé sur lies et malo bloquée.

Dans la catégorie Vieux Millésimes, il y a neuf vins primés Or.
Deux valaisans : le Balavaux GC 2003 de la cave JR Germanier, et le Domaine à Crettex José 2010 de la Cave de la Tine, d’Hervé Fontannaz.
Le vainqueur est chablaisien, il s’agit du Château Maison-Blanche, Yvorne Grand Cru 2009. Il devance sur le podium le Clos du Boux 2006 de Luc Massy, et la Réserve Blanche 2007 de la cave du Château de Glérolles.
Trois cuvées qui ont obtenu un pointage supérieur à 92 points (rappelons que 50 % des membres des jurys d’une table sont étrangers).
Jean-Daniel Suardet (Ch. Maison-Blanche) et Luc Massy ont placé chacun deux cuvées parmi les vins médaillés d’or, avec pour le premier, la cuvée du millésime 2003, et, pour le second, la cuvée millésime 2007 (du Clos du Boux toujours, placé en 4e position).

La seconde sensation a été faite par Madame Pascale Deneulin, professeure à Changins, qui a évoqué une étude (en cours) sur la perception de la minéralité du vin. Une étude complexe car la notion est particulièrement subjective et donc personnelle, mais aussi, car c’est aussi une notion assez nouvelle et qui buzze » (sic). Quatre vingt  vins romands ont été dégustés par deux collèges de dégustateurs suisses et français. Des bourguignons en fait puisque l’université de Dijon est partenaire de cette étude avec l’Unil et Changins. Et les bourguignons ont adoré ! Ils ont été bluffés par les variétés des caractères tant minéraux qu’aromatiques du chasselas.
Alfred de Musset avait bien raison de nous dire « qu’il ne faut jurer de rien ».

N’hésitez pas à partir à la rencontre des vins et des vignerons aujourd’hui au Château d’Aigle. Plus de 300 vins sont en dégustation. Et rien ne vaut de se faire que son propre avis !

(*) une autre information du Vully : le Traminer 2012 du Cru de l’Hôpital de Christian Vessaaz a été dégusté par Jancis Robinson. Elle lui a attribué une note de 17 sur 20. Pas de doute, le Vully, ses vins, ses caves et vignerons se portent bien. Bravo à tous !

Publié dans Boire en Suisse | Laisser un commentaire

Visite printanière au Domaine de l’Ovaille

Passage à la cave du Domaine de l’Ovaille pour y rencontrer Philippe Deladoye. Une visite un peu écourtée en raison de mon retard. Encore navré Philippe.

Je prends le pouls de l’actualité de la cave auprès de mon hôte et déguste quelques vins :

Yvorne 2013 « Les Vignerons » : le vin est tiré du foudre, il sera mis en bouteille prochainement. C’est une entrée de gamme qui lance bien la dégustation. Le vin est fin, frais, floral. Délicat et gouleyant à souhait, avec ce qu’il faut d’acidité pour le rendre nerveux. C’est un vin qui donne envie d’être bu, chose qui est certainement la plus importante.DSC_0191

L’Ovaille 2012 : ce vin est en bouteille depuis un mois. Au nez, je retrouve une agréable note de brûlon, puis des notes de fleurs fraîches. La minéralité est assez discrète, mais cela tient peut-être à la récente mise en bouteille. En bouche c’est un vin de chasselas structuré, élégant et fin, possédant une belle acidité. La finale est un peu ronde. Un joli cru qui possède du potentiel.

L’Ovaille 2013 1er Grand Cru : Un autre cru en fin d’élevage. Le nez est un peu fermé et demande du temps pour s’ouvrir. Il se révèle alors des notes de buis, de citron. La bouche offre de la fraîcheur, de la densité, de la souplesse, de l’élégance et une belle longueur. Il faudra l’attendre un an ou deux pour mieux l’apprécier.

Après trois vins de chasselas, place à deux vins rouges :

L’Ovaille rouge (assemblage) 2011 : une petite note d’élevage sous bois domine le premier nez, puis avec l’aération apparaissent les notes fruitées de petits fruits rouges. La bouche est bien en place et s’avère particulièrement gourmande. Les tanins sont fins, frais, serrés et sans aucune dureté. L’ensemble offre de la densité, une belle acidité, de la longueur. Voila un vin très plaisant, car fruité, harmonieux, bien élevé et long en bouche.

o Buzz suspens ton vol

Un assemblage qui a tout pour « buzzer ». A découvrir.

Le Merlot 2011 : le nez est tout en fruits. Ainsi que l’assemblage dégusté précédemment, ce merlot a bénéficié d’un élevage bien négocié, car intégré. J’apprécie en particulier le caractère minéral de ce vin, qui le présente tel un vin de terroir, et loin du stéréotype du merlot dessiné par le caractère plastique du cépage. La bouche est riche, sans lourdeur, les tanins sont très élégants, fins. Fort belle longueur.
Un seul hic : la quasi totalité de la récolte a été achetée par un client qui a du nez. Mais les habitués de la cave devraient toutefois pouvoir en acquérir quand même. Coup de coeur pour ce merlot.

Deux très jolis vins rouges que voila ! Qui a dit que les terroirs vaudois ne produisaient que de grands vins blancs ?

 

 

Publié dans Visites de caves | Laisser un commentaire