Belle visite et rencontre au Château de Mont

Par cette belle journée de fin juin, Patrick Lance, en charge du domaine viticole, me reçoit dans le jardin, rapidement rejoint par son épouse, madame Odile Naef.

Le château, situé sur les hauteurs de la commune, date de la fin du 15e siècle où du début du 16e siècle. Il possède une riche histoire. Il a appartenu a nombre de familles, dont les barons de Mont le Grand, les ducs de Savoie, les Watteville pour n’en citer qu’une partie.DSC_0705
Désormais, et depuis un peu plus d’un siècle, la propriété appartient à une hoirie familiale de trois personnes, dont Madame Naef bien sûr. Son arrière grand-père, Ernest Naef, un genevois, l’avait acquise en 1911, lorsque la crise du phylloxera frappait de plein fouet le vignoble Romand. A l’époque, confrontés à cette maladie, plus d’un propriétaire vaudois ne pouvant rembourser ses emprunts, avait dû se résoudre à vendre sa propriété.

Le domaine viticole compte treize hectares de vignes, dont deux tiers de chasselas, soit la même part qu’il occupe dans le vignoble du canton de Vaud.
L’encépagement s’est quelque peu diversifié, principalement avec des cépages rouges. Nous le verrons un peu plus loin. Deux vignerons tâcherons s’occupent du travail des vignes avec leur équipe. Il s’agit d’Eric Meylan, qui représente la troisième génération de sa famille à travailler les vignes du château, et  Cédric Albiez, présent depuis vingt ans dans les vignes du domaine.
Les vins sont vinifiés et élevés au château bien sûr. Thierry Ciampi, est l’oenologue conseil de la propriété. Le Château est membre de l’association Clos, Domaines & Châteaux.DSC_0708Alors que nous visitons le chais, Patrick Lance me fait découvrir également la cave des vieux millésimes, chose qui ne semble pas offerte à tous. Une cave joliment remplie, et qui ne demande qu’à prendre encore davantage d’ampleur.DSC_0712DSC_0717 DSC_0716

Et la vente des vins ?

Les vins du Château de Mont sont principalement vendus à une clientèle privée. Mais le château exporte une petite partie de sa production vers le Japon (Patrick Lance ayant fait une fois le voyage vers le pays du Soleil Levant en compagnie de collègues vaudois et du staff de l’OVV). Une nouvelle perspective d’exportation des vins du Ch. De Mont s’ouvre aujourd’hui : vers le Brésil, et cela actuellement durant les olympiades qui se déroulent à Rio.
La chose est possible grâce à Madame Luciana Mota, une femme d’affaire brésilienne qui a créé une société dédiée au nom on ne peut plus évocateur : « Chasselas Vinho Suisse ».
Cinq autres caves participent à l’aventure brésilienne en cours (le Domaine Maison-Blanche, Ch. De Crans, Cave de la Crausaz, le domaine A Villars, et les sources de Bamajo), ainsi que l’interprofession de l’Etivaz. Les vins sont naturellement présents au village suisse de Rio, où il ont déjà eu l’occasion de s’exprimer au moins lors de chaque célébration d’une médaille d’un sportif helvétique !

Il est temps de vous parler des vins du Ch. De Mont dégustés en compagnie d’Odile Naef et de Patrick Lance :

Il y a deux gammes de vins , dont les noms sont assez similaires : « Réserve du Domaine », et « Grande Réserve ». Cette dernière n’est toutefois vendue qu’en direct au château.

Le chasselas est décliné en trois cuvées, dont une cuvée élevée sur lie, et un 1er Grand Cru. Ils sont élevés dans de grands foudres de bois.
Il y a un rosé (de pinot noir). Un seul assemblage, réalisé à partir de gamay, de gamaret et de garanoir. Enfin, dans la gamme Grande Réserve, trois cuvées élevées durant une année en fût de chêne : gamay, pinot noir et gamaret.
Chose particulièrement louable, un bel effort est réalisé afin de vendre des cuvées à maturité. C’est pourquoi parmi les vins rouges, ce sont les millésimes 2013 à 2009 qui sont en vente actuellement.

Le Château de Mont 2015 Réserve du Domaine : Le nez est ouvert, sur des notes mûres, de fleurs, de miel d’acacia, de fruit aussi. Riche et puissant en bouche, ce chasselas est à la fois fin et délicat, équilibré, il possède une belle longueur finale. C’est une belle entrée en matière que ce vin « d’entrée de gamme ».

Le Château de Mont 2013 « sur lie » 2013 :  Nez sur des notes d’agrumes, dont le pomelos, d’herbes aromatiques, de belle intensité. La bouche offre elle aussi une très belle persistance, elle possède une belle vivacité, chose agréable sur ce millésime considéré comme « solaire ». C’est un vin est expressif, très fin et long, avec un caractère minéral affirmé (note de pierre à fusil). Le toucher de bouche est très fin. Gageons que ce cru vieillira avec grâce.DSC_0719

Chasselas Grand-Cru 1996 : un vin sorti de la cave des vieux millésimes. Belle robe or, limpide. Le nez est d’intensité moyenne. Il offre à l’olfaction des notes d’évolution, comme la noix, le curry, mais aussi une touche citronnée fort rafraichissante. En bouche, le caractère minéral domine à l’attaque, avec une note de pierre à fusil. On retrouve cette note de façon assez marquée en finale également. C’est un vin délicat, qui s’est ouvert de façon très positive à l’aération. Comment rester insensible devant un vieux vin, surtout quand il se bonifie à l’aération !DSC_0718

Le Gamay 2011 : un vin élevé un an durant dans des fûts de chêne. Il possède un très beau nez sur des notes de cerise rouge, et aussi une petite note kirschée. La bouche est riche et ample, avec de beaux tanins très fins. Ce vin qui approche de ses cinq ans n’a que peu évolué. Il est digeste, frais, long et très bien équilibré.DSC_0721

Le Rosé de Pinot Noir 2014 : la robe n’est pas saumonée. Les fruits rouges dominent le nez, qui est frais et intense. En bouche après une belle attaque, le milieu de bouche est plus sage, et permet au fruit de s’exprimer. La longueur finale est tout à fait correcte. Un rosé bien en place, près à s’exprimer avec une salade aux accents sudistes, une grillade où tout simplement à l’apéritif !

Le Muscat 2015 : Patrick Lance est enthousiaste au sujet de ce vin, qui est un bel exemple de la diversification réussie de l’encépagement du Château. J’ai envie de dire qu’il a totalement raison. Le fruité de ce vin du millésime 2015 est intense, il évoque beaucoup de fraîcheur avec ses notes de raisin frais, le cassis, le sureau et une pointe de réglisse. La bouche exprime un caractère fruité et minéral, de la richesse (ne vous y trompez pas, le vin est parfaitement sec) et une très belle tension bien intégrée. C’est un vin tout en fraîcheur, équilibré et long. Ce muscat est parfaitement typé. C’est donc une belle réussite, qui devrait encore gagner en complexité et en finesse si on lui laisse prendre une où deux années de patine en bouteille.
Coup de coeur. Bravo !20160817_171502

Voila une bien belle visite et une aussi belle rencontre. Patrick Lance est un hôte vraiment charmant et attentionné, qui est imprégné de l’esprit de ce château qu’il représente avec beaucoup de plaisir et de sincérité. On perçoit sans peine qu’il l’aime assurément beaucoup, tout comme son épouse d’ailleurs, bien qu’elle soit peu encline à laisser parler ses sentiments (chose on ne peut plus normal, surtout lors d’une première rencontre avec son visiteur). Néanmoins, à l’arrivée d’Eric Meylan,  j’ai pu relever une véritable complicité qui existait entre les propriétaires et leur vigneron.
Je les remercie vivement pour leur accueil et le temps qu’ils  m’ont accordé.

Le site Internet du Château de Mont

Share This:

A propos Laurent Probst

Mon blog sur les vins suisses, librement et avec plaisir (ce qui n'exclut pas quelques accès d'humeur). Mais pas que du vin, de la cuisine, des photos, des hors sujets parfois aussi. Bienvenue ...en Suisse ! En mai 2014 j'ai créé une société individuelle : Laurent Probst - Vin & Communication avec laquelle je propose des prestations payantes aux caves de Suisse romande : visites de caves, réalisation et publication de communiqués de presse, travaux d'écriture et de relecture de sites Internet, gestion et animation de pages professionnelles sur les réseaux sociaux, travaux photographiques, traduction FR/DE en partenariat avec un journaliste alémanique, vente d'espaces publicitaires, vente de vin. Je suis membre de la Fédération Internationale des Journalistes et Ecrivains du Vins (FIJEV), depuis 2011. Laurent Probst
Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *