Rencontre avec André Hotz, oenologue, au Clos du Rocher

Le Clos du Rocher est un terroir résolument unique sur la commune d’Yvorne. Situé dans sa partie Nord, à flanc de montagne, avec un ensoleillement optimal, débutant dès le matin, et se poursuivant toute la journée, il n’a pas été affecté par l’immense éboulement du 04 mars 1584, descendu de la Combe de Luan par le Vallon de Corbeyrier.
Cet éboulement détruisit la quasi totalité de la commune, et pour en comprendre son volume, imaginez que les gravats de pierre situés sous le Château Maison-Blanche (distant du Clos du Rocher de moins de 100 m seulement) peuvent atteindre près de 10 mètres de hauteur (j’ai entendu parler d’une hauteur de 15 m de pierres sous l’Ovaille) !


Situé juste au-dessus du Clos du Rocher et du Ch. Maison-Blanche, le terroir très pentu de L’Ovaille veut dire en vieux français « tempête », « ouragan », « désatre ».
On ne saurait être davantage explicite de ce qui s’est produit ici.vue-sur-lovaille

Si le Clos du Rocher est bâti sur un terroir ancien, il n’en est pas pour autant un très vieux vignoble. Le début de son histoire débute au cours du 19e siècle.
A flanc de la montagne, il possède un sol de moraines (le passage du glacier du Rhône). Un peu plus bas vers la plaine, son sol est fait de colluvions et d’éboulis.

Il est fort probable qu’avant le vignoble et la construction de ses terrasses de pierre, le sol ait été recouvert d’une forêt, où, tout du moins de rocailles et de broussailles, qu’il aura fallu patiemment défricher. Ce travail de bénédictin, fût réalisé entre 1825 et 1830 par Aimé-Benjamin Mégroz, de la Tour- de-Peilz.
Le bâtiment et sa cave, toujours en fonction bien sûr, datent de 1836.vue-sur-les-terrassesEmile Obrist, fondateur de la maison éponyme, et grand dégustateur de son époque, reconnu le potentiel de ce terroir et décida de l’acquérir ainsi que d’autres vignobles prestigieux (La Cure d’Attalens, où le Château de Chardonne par exemple, mais aussi le Clos des Rennauds, à Yvorne). Une acquisition se fit en 1918.
Le Clos du Rocher, qui était devenu son vignoble préféré, était prêt pour entrer dans l’histoire de la viticulture vaudoise et suisse. Un rôle qu’il assume depuis.
En 2012, le millésime 2011 fût d’ailleurs sacré champion du monde des chasselas.
Les vins sont dotés d’un fort caractère, d’une minéralité puissante, et possèdent un potentiel de vieillissement important. Une autre marque des grands terroirs et des grands vins.gobelets
Depuis 2004, c’est André Holz, qui est chargé de la vinification de ce cru (et d’autres aussi bien sûr) à la Maison Obrist qui compte quelque soixante hectares de vignes, auxquelles s’ajoutent depuis 2015 ceux de la maison Testuz (près de 40 hectares). Le zurichois d’origine (ses parents y avaient une ferme) après sa formation d’oenologue à Wädenswil, aura effectué toute sa carrière professionnelle en Vaud : d’Aubonne à Peroy, en passant par Lutry en qualité de vinificateur, et jusqu’à Ollon, où il aura travaillé en qualité de commercial durant quatre ans, avant de rejoindre la maison Obrist.

L’un des faits marquants de sa carrière professionnelle ? :
Assurément, il s’agit de l’ouverture du marché suisse aux vins étrangers. Considéré dans un premier temps comme un véritable coup de massue réalisé à l’encontre d’un marché national protectionniste. Il le voit désormais comme une sorte d’opportunité à « réveiller » les professionnels, ce qui les aura incité à innover afin de pouvoir aussi mieux se comparer aux grands vins du monde.

Si les vins de chasselas ont poursuivi leur progression qualitative, ce sont les progrès sur les vins rouges qui auront participé à révéler les qualités et les potentiels de nombre de terroirs.dans-la-cave-vue-partielle-sur-les-foudres

A la question de savoir ce qu’il apprécie le plus dans le terroir du Clos du Rocher, André Hotz me répond sans l’ombre d’une hésitation « sa constance ».
Il la place sur les plans qualitatifs bien sûr, mais aussi quantitatifs. Le terroir très caillouteux, et peu profond, est aussi peu sensible au stress hydrique. Il bénéficie aussi d’un bon drainage naturel, et l’accumulation des pluie n’est guère un problème. De plus, la présence de vents descendants de la montagne favorise un séchage rapide des baies. A ce titre, le Clos du Rocher se montre moins sensible aux maladies en comparaison à d’autres terroirs selon l’oenologue.

Un grand terroir de vins blancs. Mais pas seulement.
Fort de 10 hectares constitués quasiment d’un seul tenant, et plantés en grande majorité de chasselas (il en est produit pas loin de 100.000 bouteilles par an), et où la taille en gobelet est encore très présente, le Clos du Rocher a lui aussi opéré sa mue au début des années nonante, période depuis laquelle il produit aussi un vin rouge d’assemblage, réalisé avec les cépages merlot, cabernet-sauvignon et syrah. Un assemblage anciennement appelé « La Saga ». Depuis le millésime 2009, il s’appelle « Clos du Rocher rouge Grand Cru ».vue-clos-du-rocher-et-ch-maison-blanche
Lors de notre rencontre, nous n’aurons pas dégusté un vieux millésime, mais nous nous sommes intéressés au plus récent, le 2015. Un millésime très mûr, avec des notes de poire, de coing (très surprenant sur un vin sec), porteur encore d’un très léger carbonique, très droit en bouche, et effectivement très minéral (note de pierre à fusil). L’acidité est plutôt moyenne, ce qui en définitive importe peu.
Par contre, l’intensité, l’ampleur et la longueur en bouche sont remarquables.
J’ai le souvenir du millésime 2003, dégusté à ses dix ans, en pleine forme, et d’une minéralité elle aussi très marquée.
J’ai toutefois eu l’occasion de déguster de vieux millésimes auparavant, sur place, en une autre occasion, lors d’une magnifique journée de l’Association Clos, Domaines & Château. L’équilibre des vins est magistral, et le potentiel de vieillissement est impressionnant.http://vinsconfederes.ch/wp-content/uploads/2015/05/verticale-Clos-du-Rocher-2014-%C3%A0-1976.jpg
Il est donc tout à fait vrai de dire que le Clos du Rocher fait preuve de constance dans son style, quelque soit le vinificateur qui l’a aidé à naitre.
andre-hotzUn grand merci pour le temps accordé André.

Share This:

A propos Laurent Probst

Mon blog sur les vins suisses, librement et avec plaisir (ce qui n'exclut pas quelques accès d'humeur). Mais pas que du vin, de la cuisine, des photos, des hors sujets parfois aussi. Bienvenue ...en Suisse ! En mai 2014 j'ai créé une société individuelle : Laurent Probst - Vin & Communication avec laquelle je propose des prestations payantes aux caves de Suisse romande : visites de caves, réalisation et publication de communiqués de presse, travaux d'écriture et de relecture de sites Internet, gestion et animation de pages professionnelles sur les réseaux sociaux, travaux photographiques, traduction FR/DE en partenariat avec un journaliste alémanique, vente d'espaces publicitaires, vente de vin. Je suis membre de la Fédération Internationale des Journalistes et Ecrivains du Vins (FIJEV), depuis 2011. Laurent Probst
Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *