• Les Caves Ouvertes du Valais 2017

Les meilleurs vignerons de Suisse : le top ou le flop 100 de Gault & Millau 2013 ?

Un classement, ça fait des remous. Celui-ci n’y échappe pas. Je n’avais pas prévu d’en parler ici dans un premier temps (je l’ai découvert voici cinq jours). J’ai changé d’avis dans le but de le faire connaître au plus grand nombre, car il provoque pas mal de questions sur les réseaux sociaux et parce que Gault & Millau Suisse ne dispose pas de site internet (!), où ceux qui voudraient le découvrir pourraient le consulter. Enfin, des vignerons m’ont écrit par mail pour me  demander où se le procurer.
Je l’ai reçu pour ma part sous forme de livret lors de la Swiss wine night la semaine passée. Pour compliquer encore, le groupe Ringier a publié récemment avec deux de ses hebdomadaires romands des articles similaires, et, de l’aveu même de certains vignerons cités dans un article ou dans un autre, « on s’y perd un peu » ou …beaucoup.

Je vous propose un classement avec une présentation dépassionnée (ou passionnée à minima) que je commenterai en italique ci-dessous. J’espère n’avoir oublié personne durant ce recopiage (ou pire, en avoir ajouté un ou deux…).

Ce Top 100 réalisé pour Gault & Millau Suisse avait pour membres du jury : Gilles Besse, Geny Hess, Elsbeth Hobmeir, Ueli Kellenberger, Urs Mäder et Nathalie Ravet.

 

Région après région : (selon présentation dans le livret)

Le Valais :

  • Gérald & Patricia Besse
  • Famille Boven (cave Ardévaz)
  • Cave Chanton (cave des Champs)
  • Marie-Thérèse Chappaz
  • Claudy Clavien
  • Thierry Constantin
  • Philippe Constantin (cave St-Philippe)
  • Philippe Darioli
  • Benoît Dorsaz
  • Jean-Daniel Favre (La Tornale)
  • Jean-Claude Favre (Sélection Excelsus)
  • Simon & Jérôme Favre-Berclaz (cave d’Anchettes)
  • André Fontannaz (La Madeleine)
  • Philippoz Frères
  • Madeleine Gay (Provins)
  • Jean-René Germanier
  • Marie-Bernard Gillioz-Praz
  • Didier Joris
  • Madeleine & Jean-Yves Mabillard-Fuchs
  • Daniel Magliocco
  • Jean-Louis Mathieu
  • Simon Maye et fils
  • Anne-Catherine & Denis Mercier
  • Romain Papilloud (cave du Vieux Moulin)
  • Serge Roh (Les Ruinettes)
  • Cave Cornulus (Stéphane Reynard & Dani Varone)
  • Sankt-Jodernkellerei de Visperterminen
  • Robert Taramarcaz (dom. des Muses)
  • Nicolas Zufferey (Les Bernunes)
  • Maurice Zufferey

Avec trente caves relevées, soit grosso modo un tiers des cent vignerons listés, voila qui qui est en rapport avec la taille du vignoble cantonal au regard du vignoble helvétique. La commune de Chamoson est la mieux représentée avec six vignerons, puis viennent Fully, Sierre, … Les grands absents : les Domaines Rouvinez, Le Nouveau Salquenen AG d’Adrian Mathier (2 fois meilleur vigneron suisse de l’année ces dernières années), et pourquoi pas aussi : Fabienne Cottagnoud, les Frères Mike & John Favre, Christophe Abbet, la cave de La Romaine (Joël Briguet) et certainement aussi  une seconde cave de la région de Salquenen…

Notons aussi que la cave de Benoît Dorsaz ne s’appelle plus « La Coronelle » depuis quelques années déjà…

 

Vaud :

  • Rodrigo Bento (Cave Cidis)
  • Louis-Philippe Bovard
  • Henri & Vincent Chollet (dom. Mermetus)
  • François de Coulon (Ch. D’Eclépens)
  • Domaine Henri Cruchon
  • Blaise Duboux
  • Christian Dugon
  • Les Frères Dutruy (La  Treille et La Doye)
  • Philippe Gex (Pierre Latine)
  • Noémie Graff (Le Satyre)
  • Marco & François Grognuz (cave des Rois)
  • Pierre-Luc Leyvraz
  • Luc Massy
  • Pierre Monachon (Derrey Jeu)
  • Anne Muller
  • Jean-François Neyroud Fonjallaz
  • Violaine & Raymond Paccot (La Colombe)
  • J & F Pélichet
  • Domaines Charles Rolaz
  • Simon Vogel (Croix-Duplex)

C’est le vignoble cantonal (avec Genève) le moins bien représenté avec 20 vignerons seulement. Il possède pourtant plus de 3.600 ha de vignes sur les 15.000 du pays. Ils auraient pu être trois ou quatre de plus dans un classement qui se veut représentatif de toutes les régions de façon consensuelle. Où sont donc les vins des domaines Schenk ou Obrist (Cure d’Attalens, Clos du Rocher, Ch. Maison-Blanche par exemple), de chez Bolle, Badoux, des Frères Dubois de Cully, et de quelques autres, dont par exemple l’un voire les deux clos de la Ville de Lausanne sur le Grand Cru du Dézaley ?

 

Genève :

  • Nicolas Bonnet
  • Roger Burgdorfer (domaine du Paradis)
  • Stéphane Gros
  • Emilienne & Jean Hutin
  • Jean-Michel Novelle
  • Jean-Pierre Pellegrin
  • Philippe Villard

Sept vignerons genevois pour 1.400 ha de vignes contre cinq neuchâtelois et ses 600 ha (voir ci-dessous), n’est-ce pas là un peu bizarre ? Ouvrir cette liste à deux voire trois caves supplémentaires n’aurait rien eu de choquant.

Trois-Lacs

  • Louis-Philippe Burgat (caves de Chambleau), NE
  • Domaine de la Grillette, NE
  • Martin Hubacher, BE
  • Domaine de Montmollin, NE
  • Jean-Denis Perrochet (Maison Carrée), NE
  • Charles Steiner, BE
  • Jacques Tatasciore, NE
  • Christian Vessaz, FR

Bien que neuchâtelois, je ne me gène pas pour dire que le nombre de vignerons (5) de ce petit canton fait qu’il est plutôt bien représenté (il n’est pas le seul, nous le verrons plus loin). Tant mieux pour ceux qui en sont. Au regard des émotions suscitées par mes dégustations de ces dernières années, la présence d’une seconde cave du Vully n’aurait pas été usurpée.

Tessin :

  • Frattelli Corti
  • Maison Gialdi
  • Daniel Huber
  • Eric Klausener
  • Barbara Kopp von der Crone & Paolo Visini
  • Castello Luigi / Vinattieri
  • N & R Marcionetti
  • Fratelli Meroni
  • Cantina Monti
  • Mauro Ortelli
  • Sacha Pelossi
  • Giorgi Rossi
  • Mike Rudolph
  • Enrico Trapletti
  • Christian Zundel

C’est peut-être au Tessin que la qualité des vins est la plus élevée dans le pays, où que le bât blesse le plus dans ce classement –avec la représentation grisonne. Ici, avec 15 caves  (pour 1.000 ha de vignes), le consensus de représentation des caves helvétiques fréquemment recherché dans les classements nationaux est aux abonnés absents. Rappelons que Genève,  fort de 1400 ha de vignes, ne compte que 07 représentants.

Mais nous ne sommes pas au bout de nos surprises…

Suisse alémanique :

  • R &B Baumann (Oberhallau, SH)
  • M Broger Weinbau (Ottoberg, TG)
  • Domaine Donatsch (GR)
  • Georg Fromm (GR)
  • Maria & Daniel Gantenbein (GR)
  • I Grünenfelder (GR)
  • C Hermann (GR)
  • Urs Jauslin (BL)
  • Tom Litwan (AG)
  • D & M Marugg (GR)
  • Johannes Meier, Schloss Bachtobel, (TG)
  • Erich Meier (ZH)
  • Andreas Meier (AG)
  • M & A Meyer (SH)
  • Ch & F Obrecht (GR)
  • Urs Pircher (ZH)
  • Markus Ruch (SH)
  • Hermann Schwarzenbach (ZH)
  • Thomas Studach (GR)
  • Famille Zahner (ZH)

Je ne les connais pas tous, mais il semble qu’une grande partie des « tous bons » est présente (hormis peut-être Gian-Battista von Tscharner et le Weingut Adank). La proportion des vignerons du canton des Grisons est très élevée : 08 caves pour 320 ha de vignes -source WineCity.ch, ce qui en fait le champion national de la représentativité. Les Zurichois sont au nombre de 04, ce qui pour 640 ha de vigne est me semble t-il plutôt juste.
En définitive, avec 20 vignerons sélectionnés pour 2500 ha de vignes, la suisse alémanique fait jeu égal avec le canton de Vaud et ses 3600 ha. Une preuve de plus du désamour du chasselas chez les alémaniques ?

On remarquera qu’être vigneron de l’année n’aide pas à être présent dans ce classement : seule Madeleine Gay pour la cave Provins est nommée ici. Pas de Stefan Gysel, de Diego Mathier, de Meinrad Perler ou de Claudio Tamborini !

Rappelons qu’outre ce classement, le Gault & Millau a célébré deux « rookies » de l’année qui ne sont pas cités plus haut : Alexandre Déletraz (Saillon, VS) et Jan Dominic Lüzi (Jenins, GR).

Ce qui me parait étrange, c’est la composition du jury et la faible présence de romands en son sein : Nathalie Ravet et Gilles Besse, soit deux pour six alors que le vignoble romand représente les deux tiers du pays… Concernant Gilles Besse, je m’étonne de sa présence, car il est président de Swiss Wine Promotion et car sa cave est dans le classement. C’est gênant.

Pour conclure, afin de ne pas donner l’impression de vouloir jeter le bébé avec l’eau du bain, je considèrerai ce Top 100 comme plutôt bon malgré tout, puisqu’il cherche à provoquer une hiérarchie professionnelle, ce qui  pourrait créer une certaine émulation chez les vignerons. Pour autant qu’il ne soit pas figé dans la pierre.
Naturellement, nous préférerions le voir vivre et évoluer. Quant aux vignobles des Grisons et du Tessin, s’ils dominent réellement la planète Suisse du vin, et que d’autres sont à la traîne, il faudra dans ce cas sortir franchement des consensus mous pour oser parler vrai, une fois pour toute !


 

 

Share This:

A propos Laurent Probst

Mon blog sur les vins suisses, librement et avec plaisir (ce qui n'exclut pas quelques accès d'humeur). Mais pas que du vin, de la cuisine, des photos, des hors sujets parfois aussi. Bienvenue ...en Suisse ! En mai 2014 j'ai créé une société individuelle : Laurent Probst - Vin & Communication avec laquelle je propose des prestations payantes aux caves de Suisse romande : visites de caves, réalisation et publication de communiqués de presse, travaux d'écriture et de relecture de sites Internet, gestion et animation de pages professionnelles sur les réseaux sociaux, travaux photographiques, traduction FR/DE en partenariat avec un journaliste alémanique, vente d'espaces publicitaires, vente de vin. Je suis membre de la Fédération Internationale des Journalistes et Ecrivains du Vins (FIJEV), depuis 2011. Laurent Probst
Pour marque-pages : Permaliens.

4 réponses à Les meilleurs vignerons de Suisse : le top ou le flop 100 de Gault & Millau 2013 ?

  1. Hervé Lalau dit :

    Belle analyse, Laurent.
    Je suis surpris de ne pas voir le nom de Brivio en Tessin, dont les vins sont pour moi supérieurs à ceux de Castello Luigi, par exemple. D’accord aussi pour Mike & John Favre, qui méritaient bien leur place en Valais, et pour les Rouvinez.
    La composition du jury pose question, effectivement – pour éviter la confrontation et les comptes d’apothicaires entre Alémaniques et Romands, on aurait pu aussi ouvrir à des étrangers. Je suis volontaire!

    • Du côté des neuchâtelois, force est de constater qu’il en manque un, qui s’est pourtant fait remarquer régulièrement ces dernières années : Alain Gerber.

      • Matthey Christian St-Blaise dit :

        Il me semble que les vins de Brivio sont dans le guide sous Gialdi qui a racheté le domaine

        A propos d’Alain Gerber j’ai eu la même pensée en lisant les liste des vignerons neuchâtelois.

        Maintenant, aligner des vignerons pour donner un classement absolu ça reste délicat. Selon quels critères et quelles règles du jeu? Vins de terroir ou vins modernes bodybuildés, vins bio? ou non, vins de garde? etc…
        Peut-on dire que Provins est meilleur que Von Tscharner…poser la question est déjà un non-sens, tellement c’est incomparable, même si il a de la qualité des 2 côtés.

        Mais dans l’ensemble, on retrouve de très bon vignerons dans ce top 100 et dans ce sens, ce petit guide peut être très utile pour découvrir une région viticole

  2. Ping :Six icônes entrent au Panthéon du vin suisse lors de la présentation du Top 100 des meilleurs vignerons de Gault & Millau 2016 - Vins Confédérés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *