Une agréable soirée à Paléo, mais sans musique !

Une soirée à Paléo ? Tout arrive, même à moi ! Le « blogueur » du vin suisse, aux goûts musicaux pourtant éloignés de la programmation du festival nyonnais (je ne vais m’étendre sur le sujet), je me suis rendu à cette édition 2017 !

Arriver jusqu’au Paléo ne fût pas chose aisée. Surtout quant on est invité à quitter l’autoroute dès la sortie de Gland, pour se découvrir prisonnier de la circulation de la commune de Nyon trois ou quatre kilomètres plus loin…
Une heure et demi de bouchon plus tard, pour une poignée de kilomètres roulés, nous étions enfin parqués et pouvions presque commencer à découvrir le Paléo.

Las, mon esprit critique se demandait alors qu’il n’était pas encore 18h00, comment les abords d’un festival pouvaient être saturés de la sorte ? Un match de football, voire un concert dans un stade peut générer une foule similaire.  Jamais je n’ai eu à supporter de tels ralentissements routiers alors que le pic de fréquentation n’était pas encore à son paroxysme !

Avec Sylvie Camandona

C’est à l’invitation de la cave Cidis, et de Sylvie Comandona,  que j’ai déambulé un petit moment dans la plaine de l’ASSE, avant de m’installer (définitivement) à une table du stand Arte Vitis, dont la cave est membre. Et tant pis pour les concerts. Depuis mon tabouret, j’aurais à peine entendu les australiens de Midnight Oil.L’occasion pour moi de discuter avec quelques uns de ses membres : Catherine Cruchon, Lionel Widmer, Valérie et Vincent Chollet, Raymond Paccot, et Sylvie Camandona. L’occasion aussi d’y croiser Charles Rolaz (également membre d’Are Vitis d’ailleurs), Jean-François Crausaz (maitre de chais à la Maison Bolle), où encore Nicolas Joss, le directeur des Vins Vaudois.

Richesse, fruité, finesse et fraîcheur expriment en quelques mots clairs, les indiscutables qualités de ce Doral.

A l’ombre de la tente, et non pas en terrasse, avec Sylvie Camandona, Valérie et Vincent Chollet.

Et aussi bien sûr, le plaisir de prendre du temps pour déguster quelques vins parmi les 14 en proposés aux festivaliers durant le festival : Le Villette 2016 de Blaise Duboux, En Bayel 2016 de Raymond Paccot, le Chasselas Réserve 2016 de la cave du Signal (Lionel Widmer), , le Dézaley Côtes-Dessous de Basile Monachon, et le Doral 2016 de la Cave de La Côte, en photo ci-dessous :

En définitive, et en l’absence du suivi du moindre concert, j’ai passé une excellente fin de soirée. N’est-ce pas là ce qui importe ?
Merci à Sylvie,de la cave de La Côte, pour son invitation.

Share This: