Cave Jean-René Germanier, jeudi 24 avril 2008 (I/IV)

Ce 24 avril, je me dirige vers quatre caves. L’agenda de la journée est bien rempli.

Première étape : la cave Jean-René Germanier de Vétroz.

 

Pas question de ne s’intéresser qu’aux vins et aux caves particulières. Le négoce valaisan produit des vins d’excellente qualité également.

Aujourd’hui, je ne déguste que des vins blancs déjà embouteillés :

 

Fendant 07 : vignes situées sur la commune voisine d’Ardon. C’est le fendant d’entrée d’une gamme qui en compte trois. Souple, mais pas dilué, c’est un fendant plutôt simple, sans grande expression et intensité. Mise en bouteille récente, on note un amer assez prononcé.

Les Terrasses dorées 06 : assemblage de chasselas et d’amigne, ce vin à vocation commerciale s’avère néanmoins intéressant car il s’exprime avec honnêteté dans un registre de vin de soif crédible : sucre résiduel quasi nul, légère tension, fruité tendre (l’amigne), longueur honorable.

Fendant Les Terrasses 07 : la mise en bouteille récente perturbe ce vin fin, au Co2 assez prononcé, minéral, à la matière presque légère, mais équilibrée. Bonne longueur. Sous son aspect juvénile, se cache un chasselas de garde, dont la maison conserve des échantillons de quinze ans et plus. C’est un des fers de lance de la maison : 100.000 litres annuels, à la cohérence qualitative reconnue.

Fendant Grand Cru Balavaud 07 : la robe est un peu plus colorée que celle du vin précédent. La matière dans le verre est plus dense, le nez s’avère mûr (poire, tilleul), la bouche serrée mais fraîche, et de bonne longueur. Ce fendant a une véritable vocation à la garde.

Petite Arvine 07 : jolie robe or, le nez est ultra classique : glycine, rhubarbe puissante, le vin est vif, tendu, salin en finale. Une jolie PA typée.

Blanc de Mer 07 : un des récents succès de la maison. Un assemblage audacieux et réussi d’amigne (1/5e) et de chardonnay (4/5e). Le cépage valaisan apporte son fruité, une rondeur très modérée, le chardonnay apportant sa structure et sa vivacité. En bouche, fraîcheur et tension pour un vin qui montre que son nom n’est pas usurpé : c’est à table accompagné d’un poisson qu’il se plaira. A cinq mètres de moi seulement, Jean-René Germanier en discussion commerciale avec un client montre qu’avant 11 heures du matin ce vin se complait également à l’apéritif. Nous sommes en Valais ! A ce Blanc de Mer, existe un pendant dans l’autre couleur : Rouge de Terre.

Amigne GC 06 : une abeille (soit moins de 8 gr de SR). Nez classique entre tilleul et mandarine. Un vin frais, la vivacité surprend pour une amigne. La rondeur discrète tient à l’alcool (rarement inférieure à 13,5°, voire même plutôt à 14°).Bonne longueur. Bien.

Amigne de Vétroz 06 : deux abeilles. Dans un registre moelleux, cette amigne au beau nez de tilleul reste fraîche. Elle possède une finesse indéniable, et malgré le gras, la tension en bouche est nette. Bonne longueur. Très agréable.

 

Ces vins blancs se sont avérés très agréables, sans le moindre artifice technique apparent (nous sommes dans une cave de 80 ha en Valais, qui vinifie une bonne vingtaine de vins différents). Par manque de temps, les vins rouges n’ont pas été dégustés.

Laurent

 

Jean-René Germanier
Balavaud 1963 Vétroz

Tél : 027 346 12 16
Fax : 027 346 51 32

info@germanier
www.jrgermanier.ch

Share This: