• La 20e fête du Raisin à Féchy se tiendra le 23 septembre 2017

Six icônes entrent au Panthéon du vin suisse lors de la présentation du Top 100 des meilleurs vignerons de Gault & Millau 2016

Bonne nouvelle, le jury du Gault & Millau 2016 s’est adjoint de deux nouveaux membres. Je lui avais reproché un temps de trop pencher outre Sarine. Il est aujourd’hui davantage équilibré.
Outre son président Geny Hess, et ses anciens membres, à savoir Nathalie Ravet, Elsbeth Obmeier, Gilles Besse, Ueli Kellenberger et Urs Mäder, le jury a été rejoint par Paolo Basso et Jacques Perrin.

Des icônes !
Depuis hier, nous avons aussi des icônes humaines du vin suisse ! Elles sont au nombre de six, une par grande région viticole du pays, chacune représentant une certaine forme d’idéal du vin, du travail vitivinicole et aussi de l’image qu’il donne de sa région.

Marie-Thérèse Chappaz. S’il ne devait y en avoir qu’une seule, ce serait sans aucun doute la fullyéraine qui aurait été choisie.  La valaisanne est certainement le professionnel le plus connu dans et hors de nos frontières. Qui n’a jamais rêvé à ses Grains Nobles ? Et l’ensemble de sa gamme n’a cessé de repousser ses limites régulièrement.

Marie-Thérèse Chappaz

Marie-Thérèse Chappaz

Martha & Daniel Gantenbein. Le couple de vignerons grisons est entré fort logiquement dans le Panthéon des vignerons suisses. Précurseurs et champions toutes catégories de l’export (deux vins sur trois !). Leur carrière est exceptionnelle, car leur ligne de conduite s’est bâtie sur une totale absence de compromis.

Martha und Daniel Gantenbein im Barriquechais,Fläsch, Graubünden, Schweiz,

Daniel et Martha Gantenbein

Feliciano Gialdi et Fred de Martin. Un duo tessinois passionné et absolument indissociable. Il porte haut les couleurs de son canton, à travers une large gamme de vins, dont certains sont de longue date des références.

Feliciano Gialdi und Fredy De Martin, Önologe

Feliciano Gialdi et Fred de Martin

Jean-Pierre Pellegrin. Le vigneron genevois est aussi discret qu’il est méticuleux et précis. N’hésitez pas à les découvrir, lui et ses vins, sitôt qu’une occasion s’offrira à vous.

Jean-Pierre Pellegrin in einem Barriquechais,Peissy, Genf, Geneve, Schweiz, Suise, Switzerland,

Jean-Pierre Pellegrin

Louis-Philippe Bovard. Le « patriarche » de Lavaux et de Vaud a très élégamment remercié ses collaborateurs, « souvent portugais et français » pour leur engagement quotidien depuis de très  longues années. La classe.

Loui-Philippe Bovard

Louis-Philippe Bovard

Jacques Tatasciore. La région des Trois-Lacs est régulièrement mise en avant grâce au travail d’une intransigeance « folle » de ce homme. La cuvée Les Chanez 2010 dégustée ce lundi dépasse par sa pureté et son intensité gustative, à peu près tout ce qui existe de vins de pinot noir, ici en Suisse et même en Bourgogne. Pour cette raison, et en dépit de l’extrême rareté de la production des cuvées élaborées à Cressier, sa présence au titre d’icône du vin Suisse me parait justifiée.

Jacques Tatasciore

Jacques Tatasciore

Des mouvements dans le Top 100 :
Cette fois c’est sûr, le classement n’est pas gravé dans le marbre (il s’agissait d’une de mes remarques par le passé). Les vignerons du Valais voient deux des leurs quitter le Top 100, mais cinq autres y font leur apparition : Alexandre Delétraz (Cave des Amandiers à Saillon), rookie de l’année 2013, est (enfin) dans le classement. Diego Mathier et la famille Rouvinez, injustement oubliés les années passées, font eux aussi leur entrée. Ils sont accompagnés d’Histoire d’Enfer et du Clos de Tsampéhro, deux des plus jeunes mais aussi ambitieuses caves valaisannes.
Isabella et Stephane Kellenberger, jeunes bernois installés à Loèche, ils vivent une véritable lune de miel avec la presse depuis que la revue Vinum a révélé la cave Vin d’Oeuvre voici deux ans. Les vins dégustés hier (Humagne blanche, pinot gris, gamaret et un assemblage de cépages rouges) semblent montrer que le jury ne s’est pas trompé non plus sur leur compte. Ils sont rookie de l’année 2016.

Isabella et Stephane Kellenberger

S’il n’y a aucune nouvelle cave vaudoise dans ce classement, l’autre rookie est vaudois. Il s’agit de Yannick Passas, de la Maison du Moulin à Réverolle. Une cave jeune, avec des idées plein la (les?) tête(s).  A suivre.

Yannick Passas

Enfin, le Gault & Millau étant à l’origine un guide gastronomique, le jury salue également des restaurateurs qui offrent une remarquable carte des vins suisses. En 2016, c’est le restaurant Kreuz, à Emmen (LU) qui décroche la « timbale ». Neuf autres tables présentant les meilleures cartes de vins suisses sont nommées. Elles sont accompagnées de dix autres restaurants, désignant les meilleures cartes de vins régionaux.

Share This: