A propos Laurent Probst

Mon blog sur les vins suisses, librement et avec plaisir (ce qui n'exclut pas quelques accès d'humeur). Mais pas que du vin, de la cuisine, des photos, des hors sujets parfois aussi. Bienvenue ...en Suisse ! En mai 2014 j'ai créé une société individuelle : Laurent Probst - Vin & Communication avec laquelle je propose des prestations payantes aux caves de Suisse romande : visites de caves, réalisation et publication de communiqués de presse, travaux d'écriture et de relecture de sites Internet, gestion et animation de pages professionnelles sur les réseaux sociaux, travaux photographiques, traduction FR/DE en partenariat avec un journaliste alémanique, vente d'espaces publicitaires, vente de vin. Je suis membre de la Fédération Internationale des Journalistes et Ecrivains du Vins (FIJEV), depuis 2011. Laurent Probst

Une dégustation des vins de la Charte Freiburger et Traminer du Vully

Lors de la récente visite de l’association Mémoire Des Vins Suisses dans la région des Trois Lacs, son passage auprès de son membre vullyérain, le Cru de l’Hôpital, à Môtier, à donné lieu à une dégustation sous forme d’ateliers des vins de Freiburger (nom du cépage Freisamer dans le Vully) et de Traminer (nom du Gewürztraminer dans le Vully).

Il s’agit de vins primés par les membres de la charte, issus exclusivement des millésimes 2014 et 2015, mais aussi de plus vieux millésimes, sortis des caves des vignerons.
La dégustation des quatre Freiburgers 2014 et 2015 aura été fort homogène.
Chaque vin démontrant sa typicité de façon nette.
Parmi ces quatre cuvées, ma préférence est allée au vin du millésime 2014 du Château de Praz (Marylène et Louis-Charles Bovard). Malgré ses quelque 08 gr de sucre résiduel, ce vin qui a été vinifié sans 2e fermentation (la « malo ») s’est montré expressif tant au nez qu’en bouche, et surtout d’une grande finesse. C’est sur ce dernier point qu’il a fait la différence avec les trois autres cuvées.
Mais juste derrière suivaient les vins du Petit Château (Fam. Simonet), à Môtier, du Domaine Jean-Daniel Chervet, à Praz,  et du Domaine A. Derron et Fils, à Môtier.
Quatre cuvées clairement réussies, auxquelles le temps ne devrait fort logiquement apporter que du bonus. Bravo !L’atelier des vins du cépage Traminer millésimes 2014 et 2015 :

Ici aussi, il faut relever l’excellent niveau des quatre cuvées.
Ma préférence première est allée à la cuvée 2014 de Jean-Daniel Chervet. La plus expressive et la plus complexe de par son fruité, et présentant un supplément de finesse par rapport aux trois autres. Pour la vinification, Jean-Daniel a utilisé la levure 1895 C du Domaine Schwarzenbach (Meilen, ZH), un vigneron membre de la Mémoire. Juste derrière, j’ai placé le vin du millésime 2015 du Petit Château, puis la cuvée 2014 du Cru de l’Hôpital.
Un peu en retrait, selon moi, il y avait le vin du millésime 2015 du Ch. de Praz, fin et expressif, mais un peu pénalisé par sa richesse en bouche. C’était il est vrai le seul vin de cette série avec 08 gr de sucre résiduel. Celui du Cru de l’Hôpital en ayant seulement 03. Les deux autres vins annonçant 0,5 et 01 gr de SR.

Ici aussi, il n’y a pas lieu de faire la fine bouche ! La typicité et la qualité des quatre crus est patente. Le Vully peut-être fier de ces réussites.

Le dernier atelier nous a conduit à la dégustation de six vins de vieux millésimes, trois par cépage.

Cépage Freiburger :

2011 : Freiburger du Petit Château, Fam. Simonet : Beaucoup de fraîcheur au nez (dont une note mentholée. Ce vin est cohérent entre son fruité, sa fraîcheur, sa richesse et sa finesse. Très bel équilibre et longueur. Noté Très bien.
Pour l’anecdote, la fermeture de ce vin a été réalisée avec un bouchon de type DIAM.

2008 : Freiburger du Château de Praz : soit nous avons une bouteille défectueuse (légèrement couleuse peut-être ?) soit le vin est clairement sur le déclin. Le seul signe de fraîcheur de ce Freiburger étant apporté par la présence de carbonique, plutôt prononcé, dans ce vin (refermentation de sucre résiduel?).

2007 : Freiburger du Château de Praz : Bien plus de fraîcheur au nez (fruité pur), en bouche aussi (mais aussi une pointe de CO2), cette cuvée est un sinon deux tons au-dessus du vin du millésime 2008.

Cépage Traminer :

2010 : Traminer  Dom. A. Derron et Fils : très joli nez avec une nette dominante fruité sur le caractère floral. Parmi les signes d’évolution une note de cire d’abeille. Beaucoup d’élégance et de finesse. Un vin droit et long. Une fort belle réussite. Bravo ! Noté TB.

2007 : Traminer du Cru de l’Hôpital : un vin qui démontre une finesse remarquable, une typicité de bon aloi, et un caractère minéral avec une touche saline discrète. Noté TB.

1994 : Traminer du Cru de l’Hôpital : Robe d’un or paille magnifique, limpide, étincellante. Au nez le fruité a presque disparu au profit de notes tertiaires dont la cire d’abeille tout particulièrement, mais aussi des notes de curry vert. La bouche est d’une finesse et d’un équilibre remarquables.  Superbe longueur finale. Un vin qui ne se note pas. A considérer un peu comme une valeur étalon par ceux qui ont eu la chance de le déguster.

L’appellation Vully, forte de 150 hectares de vigne au total (1/100e du vignoble suisse), dont 100 ha sur la Riviera fribourgeoise, et 50 dans sa partie vaudoise..

Mais avec cette charte, elle mise sur une volonté qualitative et promotionnelle, certes, mais elle met en avant une belle idée du potentiel de deux cépages qui font son originalité et son succès. Par là même, les femmes et les hommes signataires expriment leur cohésion et leur solidarité, car il n’y a chez eux aucune volonté de travailler de façon indépendante, mais au contraire de participer à un élan collectif bénéfique à tous.

Je reviendrai prochainement sur cette charte, puisque l’association de la Mémoire des Vins Suisses m’avait demandé de rédiger un article pour le Swiss Wine Magazine, à l’occasion de son passage dans la région des Trois-Lacs en mars 2017.

Share This: