VdV 45 Le Vin et l’Art, ou la jolie fable du bourgeois et du cochon

Dans la salle de réception du Clos des Abbayes, propriété de la ville de Lausanne, au coeur du grand cru Dézaley, une étrange peinture murale….

 

Au commencement, il y avait l’homme. Il était seul et en souffrait. Alors, Dieu lui offrit  la femme et ils furent heureux, mais un petit quelque chose leur manquait. Apparurent alors le serpent et le désir, et là, les choses changèrent sinon se compliquèrent pour l’homme et la femme.

Enfin, il y eu le vin, et là, c’était bien. Surtout  un Dézaley de la Ville de Lausanne. C’était un beau cadeau. Il fallait fêter ça, l’immortaliser avec une belle fresque, et ce au coeur du clos, in situ quoi ! Hélas, certains bourgeois lausannois goûtaient mal au mariage de l’art et du vin et imposèrent à l’artiste leurs exigences. Contraint d’obéir, l’artiste déposa un timide tissu sur la cuisse de la dame, qui désormais n’était plus totalement nue.

En un joli un pied de nez satirique à ceux qui croyaient le commander, il leur apporta le cochon en guise de conclusion, parce que dans le cochon tout est bon, et parce que dans chaque homme, même bourgeois, un cochon peut s’y cacher !

A propos de Laurent Probst

Mon blog sur les vins suisses, librement et avec plaisir (ce qui n'exclut pas quelques accès d'humeur). Mais pas que du vin, de la cuisine, des photos, des hors sujets parfois aussi. Bienvenue ...en Suisse ! En mai 2014 j'ai créé une société individuelle : Laurent Probst - Vin & Communication avec laquelle je propose des prestations payantes aux caves de Suisse romande : visites de caves, réalisation et publication de communiqués de presse, travaux d'écriture et de relecture de sites Internet, gestion et animation de pages professionnelles sur les réseaux sociaux, travaux photographiques, traduction FR/DE en partenariat avec un journaliste alémanique, vente d'espaces publicitaires, vente de vin. Je suis membre de la Fédération Internationale des Journalistes et Ecrivains du Vins (FIJEV), depuis 2011. Laurent Probst
Pour marque-pages : permalien.

3 réactions à VdV 45 Le Vin et l’Art, ou la jolie fable du bourgeois et du cochon

  1. Pingback:VdV 45 Le Vin et l’Art, ou la jolie fable du bourgeois et du cochon | | Vendredis du Vin | Scoop.it

  2. Michel Smith a écrit:

    Un cochon peut en cacher un autre : c’est comme le vin. Un riesling fait sur un terroir sera différent vu par un autre vigneron sur le même terroir…

  3. Laurent a écrit:

    Cet exemple valable pour le riesling l’est tout autant avec le chasselas Michel, car ce cépage est lui aussi un formidable « marqueur » de terroir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>