• Les Caves Ouvertes du Valais 2017

Visite à la Cave Petite Vertu

François Schmaltzried ne sait pas vraiment expliquer la raison du  nom de la cave créée par son grand-père. Puis il ajoute « Il aime tout ce qui est antinomique. La vertu ne peut qu’être grande, aussi il l’a faite petite ».

Nous passerons une heure ensemble à discuter et visiter sa cave, puis à déguster trois vins.
La superficie du vignoble est proche de 5 ha (48.000 m2).
Neuf vins blancs sont à la carte, dont une malvoisie flétrie (cépage pinot gris), tous déclinés en mono-cépage, dont les classiques fendant, petite arvine et bien sûr johannisberg (diantre nous sommes à Chamoson !), un vin rosé, et quelque dix vins rouges, dont deux assemblages : syrah-cabernet (franc) et Libertine.
C’est une gamme de vins relativement large somme toute, bien qu’assez classique en Valais, où bon nombre de vignerons ont choisi d’apporter des spécialités en nombre. Ce qui a été le cas ici, avec des spécialités en « vogue » ou non comme le païen, la syrah, mais aussi le gamaret, ce qui est moins courant en Valais. Dans quelques semaines, un nouveau vin fera son apparition : un vin mousseux de pinot noir qui termine actuellement son élevage sur lattes. La date du dégorgement approche.

Les prix des vins sont plutôt resserrés, sinon même fort raisonnables, allant de 13 francs pour le fendant et le gamay à 22,50 francs pour la cuvée Libertine, élevée en barrique.

La nouveauté chamosarde de l’année est l’arrivée du label Grand Cru : Plan Grands Crus ChamosonQuatre cépages sont autorisés : le johannisberg, l’arvine, le pinot noir, la syrah.

Mais le lancement des vins Grand Cru à Chamoson est plutôt timide en 2013 : quatre vins, dont deux Johannisberg. Il va falloir laisser du temps à cette jeune appellation pour trouver ses marques et donc s’installer, ce qui peut être compréhensible à un certain point, car il n’est pas possible de dédoubler certains vins de cépages d’une baguette magique. Et puis, le GC implique de vendre le vin plus cher que celui de « base », il faut donc être bon marchand pour louanger l’un sans abîmer l’image de l’autre.
Mais il est vrai qu’avec quatre cépages autorisés, et soixante vignerons et caves que compte la plus grande commune viticole du canton du Valais (420 ha à peu de chose près), je m’attendais à un départ plus ambitieux pour le label Grand Cru. Je patienterai donc, comme tout un chacun.

François Schmaltzried a décidé qu’à la cave Petite Vertu, seul le Johannisberg serait porteur du label. Pas la Petite Arvine ? Sans détour, le vigneron considère que le label Grand Cru de ce cépage devrait être réservé à Fully, commune où je me suis rendu en le quittant pour assister à une master classe animée par Olivier Poussier. Je viendrai prochainement. Sachez toutefois qu’à Fully dès aujourd’hui et jusqu’à demain se tiennent les caves ouvertes d’automne.

Pour en revenir au Johannisberg, il est donc présent deux fois désormais à la carte, une cuvée classique, et l’autre Grand Cru. La différence de prix entre les deux est de 4 francs (14,5 pour la première, 18,5 pour la seconde). Il n’est pas très important, et cela me rappelle celui observé en Alsace dans la commune de Mittelbergheim, où le Grand Cru Zotzenberg est le seul où le cépage sylvaner (qui donne le vin de Johannisberg en Valais) peut porter le label Grand Cru.DSC_0146
Une chose n’a pas tardé à m’interpeller dans sa lecture : le rendement maximal autorisé des cépages arvine, pinot et syrah est de 64 hectolitres hectare (ou 0,8 kg/m2). Il monte même à 1kg au mètre carré soit 80 hectolitres hectare pour le sylvaner.
Peut-on réellement réaliser des vins grands crus qui se démarquent ce ceux qui ne le sont pas, que l’on soit à Chamoson ou ailleurs en Valais avec de tels rendements ? La question est posée. La réponse est dans le verre.
Pourquoi pas dès Johannissima qui se tiendra le samedi 07 décembre de 10h à 18h00 dans la commune !

On découvrira la spécificité de l’appellation Grand Cru sur le site internet de la commune.

Les vins dégustés en compagnie de François Schmaltzried  :

Johannisberg 2012 : un petit gaz carbonique est présent en bouche. Rassurez-vous il ne sera pas présent bien longtemps. François Schmaltzried s’étonne toujours de la présence de ce gaz carbonique sur certaines de ses cuvées, mais n’a pas de réponse pour l’expliquer. Une chose est certaine, il est naturel et répétons-le : transitoire. Il est déjà bien en place en bouche, il fait montre de sa puissance, d’une belle qualité de toucher de bouche, de persistance. Au niveau aromatique, pas de souci, la typicité est là : note de fumée signant fréquemment les vins du terroir de Chamoson, d’amande douce, mais aussi de citron, ce qui augment au passage la sensation de fraîcheur. Un joli Johannisberg donc.

Johannisberg GC 2012 : c’est l’un des deux vins du cépage « Rhin » ou sylvaner qui porte le label GC. Le second étant un vin de la cave Sélection Excelsus de Jean-Claude Favre. Un vin qui n’a que deux mois de mise en bouteille, et qui pourtant se signale par un bel équilibre, de la finesse et de la typicité, de la longueur en bouche. Le nez est plus fermé que pour la cuvée « classique », mais l’on retrouve sans difficulté la belle note d’amande en bouche.

 Arvine 2012 : si pour le Johannisberg la « règle » où l’usage fait que la seconde fermentation (la malolactique) est systématiquement réalisée, il n’en est pas de même avec le cépage Arvine. Ici aussi, on retrouve un peu de C02 en bouche, ce qui n’altère en rien celle-ci et ne perturbe pas non plus la fraîcheur qui s’exprime sur ce jeune vin. Nez de belle intensité, avec une note de pomelos dominante. Joli équilibre en bouche, c’est un vin sec, fin, de belle longueur. Les baies avaient été récoltées en trois passages. Le vigneron et oenologue est content du résultat, il y a de quoi. C’est toujours très agréable de déguster un vin qui possède du fond, qui est expressif, fin et long.

Le site internet de la cave Petite Vertu

DSC_0144

Bientôt, un vin effervescent 100 % pinot noir. Patience ! La date du dégorgement approche, mais après, il lui faudra un peu de repos !

DSC_0142

Bientôt, un vin effervescent 100 % pinot noir. Patience ! La date du dégorgement approche, mais après, il lui faudra un peu de repos !

 

 

Share This:

A propos Laurent Probst

Mon blog sur les vins suisses, librement et avec plaisir (ce qui n'exclut pas quelques accès d'humeur). Mais pas que du vin, de la cuisine, des photos, des hors sujets parfois aussi. Bienvenue ...en Suisse ! En mai 2014 j'ai créé une société individuelle : Laurent Probst - Vin & Communication avec laquelle je propose des prestations payantes aux caves de Suisse romande : visites de caves, réalisation et publication de communiqués de presse, travaux d'écriture et de relecture de sites Internet, gestion et animation de pages professionnelles sur les réseaux sociaux, travaux photographiques, traduction FR/DE en partenariat avec un journaliste alémanique, vente d'espaces publicitaires, vente de vin. Je suis membre de la Fédération Internationale des Journalistes et Ecrivains du Vins (FIJEV), depuis 2011. Laurent Probst
Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *