Dégustation de printemps au Château d’Auvernier

Je me suis rendu récemment au Château d’Auvernier où Yann Künzi, son directeur, m’a accueilli et m’a proposé la dégustation ci-dessous. Mais avant les notes de dégustation, quelques photos prises sur place :

Pierre Chambrier est le premier d'une lignée ininterrompue durant quatre cent ans au Château d'Auvernier. Thierry Grosjean, l'actuel propriétaire est son descendant direct

Pierre Chambrier est le premier d’une lignée ininterrompue durant quatre cent ans au Château d’Auvernier. Thierry Grosjean, l’actuel propriétaire, est son descendant direct

La galerie est un lieu privé, contigu de la demeure de la famille Grosjean. C'est lieu d'histoire où nombre de tableaux représentent les ayeux, mais aussi des vues passées de la région. C'est aussi dans cette galerie que se trouve le coffre qui contenait le document prouvant l'historie viticole du Château depuis 1603.

La galerie est un lieu privé, contigu de la demeure de la famille Grosjean. C’est lieu d’histoire où nombre de tableaux représentent les ayeux, mais aussi des vues passées de la région. C’est aussi dans cette galerie que se trouve le coffre qui contenait le document prouvant l’historie viticole du Château depuis 1603.

La tourelle de l'aile Est.

Le moulin, symbole des De Montmollin, l'ancien nom de la lignée propriétaire du Château avant que celui des Grosjean la perpétue.

Le moulin est le symbole des De Montmollin. Il est aussi l’ancien nom de la lignée des propriétaires du Château qui descendent de Pierre Chambrier, avant que celui des Grosjean ne la perpétue.

La vigne en ce sept mai 2013

La vigne en ce sept mai 2013

DSC_0556 - CP

Neuchâtel blanc 2012 (chasselas) : joli nez fruité, dont une note de pêche, le gaz carbonique est important. L’ensemble est frais, gras, avec un léger amer (impression positive) en finale. La finale est de bonne longueur. Un chasselas qui ne semble pas bousculé par sa mise. Il gagnera en finesse en passant une année en bouteille.

Chardonnay 2012 : il s’agit de la cuvée élevée en cuve. Nez agréablement fruité, avec une note de noisette. En bouche ce chardonnay et harmonieux, frais, long. Il possède encore un peu de CO2. La finale est légèrement grasse. Yann Künzi me dit que le vin est sec.

Pinot gris 2012 : fruits exotiques au nez, aujourd’hui de façon encore discrète actuellement. La bouche est ample, avec une belle attaque vive. Un vin complet, avec un milieu de bouche bien dense. En finale, on perçoit le retour du fruit. Un vin qui va gagner en expression dans quelques semaines, la mise est récente.

L’Oeil-de-Perdrix 2012 : robe légèrement saumonée, limpide. Le nez est assez discret. On sent de peties baies de fruits rouges (groseille, fraise). Un peu de CO2 en bouche, ce vin tout en étant vineux est souple, frais,fin et il offre une belle longueur. Lui aussi gagnera à patienter quelques mois avant dégustation.

Sauvignon blanc 2012 : c’est la 5e feuille de la jeune vigne. Joli fruité, expressif, sur des notes de fruits rouges, dont le cassis.Un vin frais, franc et fin en bouche, équilibré aussi, avec un léger gras. Belle longueur, avec une note citronnée en finale. Une jolie réussite que voila. Coup de coeur. Par contre cette cuvée n’est pas encore en vente. Mais il reste du 2011.

Les vins de la dégustation

Les vins de la dégustation

Chardonnay barrique 2012 : (en cours d’élevage). Je retrouve le boisé « grillé-toasté » au nez de cette cuvée dégustée récemment à deux reprises au restaurant (évidemment il ne s’agissait pas de ce millésime), puis des notes de fruits, dont la pèche. La bouche est vigoureuse, avec une belle acidité. Ce vin m’étonne par sa finesse à ce stade. Le boisé est relativement marqué par des notes grillées notes qui impriment son style à ce vin. Jolie longueur avec une finale minérale presque saline.

Rappelons que ce vin est la cuvée retenue par l’association Mémoire Des Vins Suisses pour figurer dans son Trésor, et qu’à ce titre, j’ai eu l’occasion de déguster les dix ou douze derniers millésimes réalisés par le Château ces quatre dernières années.

Pinot gris barrique 2012 : Peu causant ce pinot gris à ce stade. Il est discret au nez (notes fugaces de fruits exotiques). La bouche, après une attaque plutôt souple laisse apparaître son gras. La finale est fruitée, mais un déséquilibre peut-être transitoire (c’est un vin en cours d’élevage) laisse poindre une finale un peu marquée par une sensation alcoolique.

Pinot noir 2012 : jolie robe rubis, classique. Le nez pinote quelque peu, mais semble terriblement réduit. La bouche manque de densité. A revoir.

Pinot noir 2011 : un an de bouteille. La différence saute au nez. Effet millésime aussi bien sûr. Le nez est de agréable complexité, avec des notes florales et fruitées. La bouche est franche, vigoureuse, fine, avec des tanins fermes. Bonne longueur. Un pinot noir qui se donnera encore mieux d’ici un an ou deux.

Pinot noir barrique 2010 : Notes de fruits noirs en bouche (sureau) et de réglisse. Bouche fraîche mais concentrée. Milieu de bouche charnu. Belle longueur. Un vin bien droit. Très apprécié.

Il ne se laisse pas distraire Yann Kuenzi. très concentré dans la dégustation des crus du Château.

Il ne se laisse pas distraire Yann Künzi. Très concentré dans la dégustation des crus du Château.

Pinot noir 2011 : ce vin est terminé désormais. Les barriques viennent d’être assemblées en cuve avant la mise en bouteille. Nez puissant et fruité, bouche de bonne concentration, belle longueur. Il lui faut un peu de temps pour s’affiner. A ce stade on perçoit des tanins encore un peu fermes.

Mosaïque 2010 : c’est un assemblage de gamaret et de garanoir (65 et 30 %) auxquels est ajouté un petit cinq pour cent de pinot noir. Nez fin et gourmand avec des notes épicées marquées. La bouche présente une belle concentration, de la finesse, un toucher de bouche très agréable. L’élevage en barrique est discret, il apporte une petite touche de complexité. Belle longueur. Très apprécié également.

Mosaïque 2011 : on retrouve un peu des éléments similaires entre les deux cuvées de Mosaïque et de pinot noir barrique sur les millésimes 2010 et 2011 : ce millésime est concentré, puissant même, les tanins sont encore jeunes, stricts et demandes du temps. Finale avec des notes d’épices douces.

Tous mes remerciements à Yann Künzi et à l’ensemble de l’équipe du Château d’Auvernier.

Mon article avec quelques photos prises lors de la visite de l’Association Mémoire Des Vins Suisses au Château d’Auvernier lors de sa visite dans la région des Trois Lacs en mars 2010.

D’autres photos sur le site Swisscastels.ch

Share This:

A propos Laurent Probst

Mon blog sur les vins suisses, librement et avec plaisir (ce qui n'exclut pas quelques accès d'humeur). Mais pas que du vin, de la cuisine, des photos, des hors sujets parfois aussi. Bienvenue ...en Suisse ! En mai 2014 j'ai créé une société individuelle : Laurent Probst - Vin & Communication avec laquelle je propose des prestations payantes aux caves de Suisse romande : visites de caves, réalisation et publication de communiqués de presse, travaux d'écriture et de relecture de sites Internet, gestion et animation de pages professionnelles sur les réseaux sociaux, travaux photographiques, traduction FR/DE en partenariat avec un journaliste alémanique, vente d'espaces publicitaires, vente de vin. Je suis membre de la Fédération Internationale des Journalistes et Ecrivains du Vins (FIJEV), depuis 2011. Laurent Probst
Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *