• La 20e fête du Raisin à Féchy se tiendra le 23 septembre 2017

Christian & Julien Dutruy (II) : une verticale de gamaret et d’autres vins dégustés à table

Verticale du gamaret Les Romaines, Les Frères Dutruy, Founex

 Verticale Gamaret Les Romaines

2011 : belle robe sombre, nez complexe et épanoui, sur des notes de fraise, de cerise rouge, petite note empyreumatique (cèdre). La bouche possède du volume, mais elle est aussi tonique, avec une acidité bien délimitée, les tanins sont gras, sans dureté. C’est un vin puissant, équilibré et long. Agréable note épicée en finale. Elevage en barrique durant une année (20 à 25 % de bois neuf). Macération des baies durant deux semaines. Rendements de l’ordre de 35 hectolitres /ha. Une production de quelque 1400 bouteilles seulement. Très beau vin.

Pas de 2010, qui semble ne pas avoir été conservé par Christian et Julien.

2009 : sur ce millésime la durée de l’élevage aura été de 12 mois ainsi que pour le 2011 (elle peut atteindre jusqu’à 18 mois). Au nez on décèle une présence de l’élevage sous bois un peu plus marquée que pour le vin précédent (note vanillée, mais sans caricature ni présence exagérée, tout au plus considérons qu’elle apporte de la complexité). La bouche possède une belle attaque, ronde, presque fondante, puis sans perdre de volume on perçoit l’acidité, qui elle aussi est bien en place. Un vin équilibré, mais en finale on ressent une légère présence alcoolique qui domine. Ici aussi, voici un vin très jeune qui demande du temps pour se fondre. Belle finale longue, avec une note poivrée.

2008 : Un vin qui est déjà bien ouvert, en place. Note de fruits fruits au nez, de menthol. Le nez et la bouche possède une intensité d’expression supérieure aux vins précédents. Un effet conjugué des facteurs millésimes et maturation. Ici aussi, c’est un vin puissant, les tanins sont fermes, mais gras, fondus d’une certaine façon. L’équilibre en bouche est judicieux, ce vin est gourmand, long. Très apprécié.

2007 : Robe très sombre, au nez des fruits rouges bien mûrs, croquants. En bouche, les tannins présentent beaucoup de finesse, ils sont denses et ronds à la fois. Ce millésime présente à la fois de la puissance et de l’harmonie. C’est un très beau vin, qui possède un caractère tonique affirmé, cette fraîcheur équilibre la puissance. Fort belle longueur.

2006 : Robe sombre. Au nez note de fruits mûrs, cerise kirschée. En bouche, l’évolution de cette bouteille est confirmée, la matière fait un peu pâle figure (au regard des millésimes précédents), les tanins sont en retrait, l’alcool domine cette matière. On reparle d’une note boisée évoquant le cèdre. Richard Pfister évoque pour expliquer cette note, qu’elle provient du cépage lui-même peut-être.

2005 : La robe est splendide, sans trace d’évolution. Nez sur le fruit : fraise mûre en particulier. En bouche, ce gamaret conserve la jeunesse observée sur sa robe et au nez. L’ensemble est riche, gras, fondu, très harmonieux, complexe, long et surtout d’une grande fraîcheur (ici aussi relevons la belle intégration de l’acidité de ce vin dans la matière). Des notes de cuir, d’épices accompagnent la finale.DSC_0373Une fort belle dégustation de ce cépage gamaret. Traité de la sorte, c’est-à-dire avec beaucoup de soins sinon même d’égards, ce cépage démontre à la fois de l’originalité et du potentiel.

Les autres vins dégustés durant la journée :

Chasselas Cuvée Spéciale 2011 : Nez plutôt fruité, avec une note miellée également, c’est un vin de chasselas de belle amplitude, avec un coeur de bouche agréablement gras, avec aussi un petit zeste de CO2, très discret. Belle finesse en bouche. Bel équilibre et jolie longueur. C’est un chasselas né sur un sol molassique.

Pinot Gris 2011 :Pas de FML pour ce pinot gris. Elevage sur lies, rendements de 50 hectolitres /hectare. Des vignes âgées de 30 ans en moyenne. Terroir de molasse tout comme le chasselas Cuvée Spéciale. Julien Dutruy évoque un potentiel de garde de 03 à 06 ans selon le millésime.

Joli nez fin et expressif, avec des notes de coing, de mirabelle. Ce pinot gris possède une belle attaque en bouche, puis son gras fait son apparition, on perçoit une touche minérale. Ici aussi, un peu de CO2, plutôt discret. Bel équilibre aussi. Un vin très fin et offrant une belle persistance. Indéniablement, ce pinot gris se situe dans le haut du panier de Pinots gris helvétiques qu’il m’a été donné de déguster ces dernières années. Dans un style ou l’élégance prime. A ce niveau de qualité, mais dans des styles différents, on recherchera d’autres vins de ce cépage auprès de vignerons tels Christian Vessaz du Cru de l’Hôpital à Môtier (Vully), Raymond Paccot (Féchy), voirechez Jean-Claude Favre, Sélection Excelsus (Chamoson).

 

Nous avons dégusté ce vin en accompagnement d’un oeuf poché revisité, cuit à basse température (le chef Stéphane Bouvier a parlé d’une température de 62° pendant 08 h!) :DSC_0350

Chardonnay 2005 : Première impression avec une note boisée dominante au nez, puis des notes d’agrumes. L’impression générale est celle d’un vin de belle complexité, frais, avec un bon équilibre en bouche. Voici un chardonnay de huit ans d’âge bientôt qui possède de la densité en bouche. Un vin que je qualifierai de subtil. Belle longueur.

Avec ce vin, nous aurons mangé un cannelloni de tomate farcie :DSC_0353

Gamay 2009 Les Romaines : Ici aussi, nous sommes en face d’un vin de belle complexité au nez, avec un boisé noble (note de cèdre). Puis, le fruité se met en place : cerise noire, sureau. Fort belle finesse en bouche, c’est un gamay concentré, « sérieux », long en bouche, et qui possède quelques belles années devant lui. Ce vin aura connu une macération longue (3,5 semaines), 14 mois d’élevage en barrique, et un seul soutirage. De la belle ouvrage !DSC_0357

 

Le Millésime 2009 : Voici un vin élevé durant 20 mois en barrique, sans adjonction de So2 (soufre) durant l’élevage, avec un seul soutirage. Puis cinq mois en cuve avant mise en bouteille, sans aucune filtration. Un vin ambitieux ? Complexe assurément, au fruité complexe. La bouche est dense, et possède une très belle acidité, parfaitement intégrée. Belle longueur. Voir sur YOUTUBE, le commentaire de dégustation du sommelier Jérôme AKE.DSC_0362

Pour finir, nous re-dégustons le Chassselas Cuvée Spéciale, mais dans le millésime 2012. Il n’est pas encore mis en bouteille, mais se révèle rond, friand, fin, fruité. Bel équilibre et belle longueur. A revoir après la mise.

Le lien avec le premier article sur cette journée : La pépinière viticole des Frères Dutruy !

Le site internet de la cave des Frères Dutruy

 

Share This:

A propos Laurent Probst

Mon blog sur les vins suisses, librement et avec plaisir (ce qui n'exclut pas quelques accès d'humeur). Mais pas que du vin, de la cuisine, des photos, des hors sujets parfois aussi. Bienvenue ...en Suisse ! En mai 2014 j'ai créé une société individuelle : Laurent Probst - Vin & Communication avec laquelle je propose des prestations payantes aux caves de Suisse romande : visites de caves, réalisation et publication de communiqués de presse, travaux d'écriture et de relecture de sites Internet, gestion et animation de pages professionnelles sur les réseaux sociaux, travaux photographiques, traduction FR/DE en partenariat avec un journaliste alémanique, vente d'espaces publicitaires, vente de vin. Je suis membre de la Fédération Internationale des Journalistes et Ecrivains du Vins (FIJEV), depuis 2011. Laurent Probst
Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *