Visite à la Cave des Lauriers à Cressier

De la commune de Cressier, je peux citer spontanément plusieurs noms de caves : Domaine Grisoni, Domaine Hôpital Pourtales, Dom. La Grillette (mon premier domaine neuchatelois, visité il y a plus de dix ans, ce domaine produisait à l’époque le vin de pinot noir le plus ambitieux du canton, la cuvée Graf von Zeppelin, du nom d’un ancien propriétaire, un homme  au nom mondialement connu), le Dom. de La Rochette de Jacques Tatasciore et la cave des Lauriers. Et il y a forcément deux voire trois oubliés (tiens, la cave Georges-Edouard Vacher par exemple).

C’est en fait assez évident, les vignerons de la commune de Cressier ne comptent pas pour de la berudge (petite prune brune) dans le canton de Neuchâtel.Le Château en impose par sa taille. Il possède plusieurs tours dont l’une est hexagonale, un mur d’enceinte crénelé dont la vocation semble davantage visuelle ou esthétique que de défense. Toutes les photos ici sont issues de mes passages précédents dans la commune.

Je connaissais donc la cave des Lauriers mais pas ses vins, hormis le Non-Filtré dégusté chaque année à La Chaux-de-Fonds dans le hall de la salle de musique.

J’ai profité de l’exposition Arte Vini qui se déroule actuellement  à la cave jusqu’au 09 décembre pour y faire une première visite. Arte Vini ? La cave des Lauriers y accueille des artistes de la région qui exposent leurs oeuvres, de peinture, de céramique mais aussi des chapeaux (une modiste très chapelière) dans la cave et le caveau de dégustation. J’y ai rencontré pendant près d’une heure Jean-Marc Jungo, qui travaille ici avec son père et son cousin, Christian Fellmann.

Cressier se situe dans l’Entre-deux-Lacs (de Bienne à l’Est et Neuchâtel à l’Ouest). C’est un joli village doté d’un patrimoine architectural de qualité, dont les joyaux sont le Château (construit entre 1610 et 1616), aujourd’hui administration et écoles communales, et la maison Vallier, belle demeure Renaissance qui abrite désormais le caveau de l’Entre-deux-Lacs. Elle a été la demeure de la famille Vallier, jusqu’à ce que Jacob construise le Château de Cressier.

Faire clic sur une photo pour l’agrandir.

Le vignoble possède des terrasses pour les zones en coteau (il y a eu un remembrement parcellaire durant la seconde partie du 20e siècle). Le vignoble de mi-coteau est stoppé par le développement de la commune et des routes (cantonale et autoroute). Il s’étend depuis Cornaux à l’Ouest jusqu’au Landeron à l’Est. Il n’y a pas à proprement parler de vignoble de plaine à Cressier (voir photo page de garde du site du domaine, lien en bas de page). La plaine est donc occupée par des champs et une raffinerie, qui a repris ses activités en juillet après avoir failli disparaitre. Je n’ai d’ailleurs remarqué aucune note pétrolée dans les vins.

Quelques notes sur les vins dégustés en compagnie de Jean-Marc Jungo :

 

Le chasselas 2011 est floral. En bouche il est friand et gracieux, très fin, de belle intensité et d’une fort bonne longueur, très légèrement rond en finale (je pense que ce vin est néanmoins sec).

Le chardonnay 2011 est riche et dense. Je l’ai trouvé peu expressif en ce début décembre. Il est légèrement doux (quelques sucres n’ont pas voulu terminer leur fermentation). Il méritera certainement un peu de garde pour s’affiner et se révêler.

L’oeil-de-perdrix 2011 était digeste, fin et fruité (fruits rouges). Bien que se présentant de façon plus avenante que le chardonnay, il devrait lui-aussi s’affirmer davantage avec une garde supplémentaire de plusieurs mois.

Le pinot noir de Neuchâtel 2011 est élevé en foudres de chêne. Voila un vin qui s’exprime avec joie et sur le fruit. Ce pinot est d’un grand classicisme, mais il présente une densité étonnante pour un vin d’entrée de gamme.

Le pinot noir Les Cloux 2010, est élevé en fûts de chêne durant une année. Il est issu de rendements modestes : 500 gr au mètre carré. Son cadastre le situe grosso modo à mi-chemin de Cressier et du Landeron, à mi-coteau (à mi-chemin et à mi-coteau ? Vous avez trouvez le coeur du vignoble !). Néanmoins, effet millésime aidant, ce vin présentait une structure plus fine que le pinot noir de Neuchâtel 2011. L’acidité de ce vin en est certainement la cause. Elle est toutefois intégrée et ce pinot noir ne souffre aucunement d’un déséquilibre causé par celle-ci. Vin de garde et de gastronomie, ce pinot noir devrait se marier avec une viande rouge marinée voire même une chasse. Un bien joli vin dont le boisé est bien intégré.

Noellis 2011 : ce vin est un vin doux issu d’une vendange tardive qui a été réalisée le 1er décembre de l’an passé. Il est issu de baies de pinot noir exclusivement, passerillées sur pied. Sitôt vendangées, les baies sont placées durant 48 heures en chambre froide avant d’être pressées. Le résultat s’avère franchement bien réussi. Joli nez, intense et fruité, avec des notes de coing et d’écorce d’agrume qui dominent. La bouche possède un bel équilibre, le vin est gras, mais sait rester vif ce qui le rend digeste, fort plaisant donc. Jolie longueur.

Le Clos de ? J’ai la réponse désormais : Federsheim. Commune alsacienne jumelée à Cressier. Ce clos est exploité d’ailleurs par la famille Jungo & Fellmann pour le compte de la commune.

Voici une jolie gamme de vins, qui fleure bon la tradition viticole neuchâteloise, et où le pinot noir possède une place de choix puisqu’il réalise quatre des cuvées de la cave (l’Oeil-de-Perdrix est fait exclusivement avec ce cépage).

Outre les cuvées dégustées ci-dessus, la cave des Lauriers produit également un vin de chasselas Non-Filtré (le millésime 2012 sera en dégustation en janvier prochain, à partir du 3e jeudi du mois, lors de sa sortie officielle) et un pinot gris. Celui-ci n’a pas été dégusté, car épuisé à la vente.

Hormis le pinot gris et le chardonnay vendus uniquement en cols de 75 cl, les autres vins sont tous disponibles en bouteilles de 50 et 75 cl ou plus (grands contenant dont double magnum et Jéroboam sur demande). La cuvée Noëllis est quant à elle uniquement présentée en flacon de 37,5 cl.

La vendange 2012 de cette cuvée devrait avoir lieu dans quelques jours, et j’espère pouvoir y participer.
Cave des Lauriers

Famille Jungo & Fellmann

Rue du Château 6

2088 Cressier

Le site Internet de la cave : www.75cl.ch

Un aéronef perdu dans les vignes. Et il manquait d’air en prime. C’est Graf ça !

Share This:

A propos Laurent Probst

Mon blog sur les vins suisses, librement et avec plaisir (ce qui n'exclut pas quelques accès d'humeur). Mais pas que du vin, de la cuisine, des photos, des hors sujets parfois aussi. Bienvenue ...en Suisse ! En mai 2014 j'ai créé une société individuelle : Laurent Probst - Vin & Communication avec laquelle je propose des prestations payantes aux caves de Suisse romande : visites de caves, réalisation et publication de communiqués de presse, travaux d'écriture et de relecture de sites Internet, gestion et animation de pages professionnelles sur les réseaux sociaux, travaux photographiques, traduction FR/DE en partenariat avec un journaliste alémanique, vente d'espaces publicitaires, vente de vin. Je suis membre de la Fédération Internationale des Journalistes et Ecrivains du Vins (FIJEV), depuis 2011. Laurent Probst
Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *