Domaine du Mont-d’Or, verticale de surmaturés du 15 octobre 2012 (II) : mes notes de dégustation

La dégustation verticale au  Clouds de Zurich du 15 octobre s’est concentrée sur trois vins liquoreux issus de trois cépages :

  • L’Ermitage « Merle des Roches »,
  • Le Johannisberg -sylvaner- « Saint-Martin »,
  • La Petite Arvine « Sous l’Escalier ».

Sachez le, il existe encore deux cuvées de vins doux : l’une de malvoisie (pinot gris), appelée « Crête ardente », et un second vin de Johannisberg, la cuvée « 1er Décembre ». Ce dernier est un liquoreux très riche, dont le millésime 2008 possède plus de 250 gr de sucre résiduel. Enfin, cerise sur le gâteau, le domaine possède une collection de vins de collection en vente (voir sur le site du domaine, lien en bas de page).Depuis le sommet de la colline de Montorge, une photo en plongée sur plusieurs parcelles du Domaine du Mont-d’Or (photo archive personnelle).

Trois liquoreux pour une dégustation Deux en Une !

par ordre de présentation et de dégustation :

 

Ermitage Merle des Roches 1982 : Nez que je qualifierai d’un peu « éthéré », les arômes sont un peu confus, discrets. Ils se révèleront davantage en bouche et démontreront à la fois de la complexité et la typicité du cépage rhodanien : eau-de-vie de framboise, champignon évoquant la truffe, mais aussi le coing et le citron. La bouche est souple, possédant une acidité, plutôt marquée (étonnante même), dont la liqueur est fondue. Une bouche élégante, fraîche et franche, mais à laquelle fait défaut un peu de matière (Simon Lambiel utilisera le terme de fluidité ». Belle longueur pour ce vin élégant qui s’est bonifié à l’aération. Un bien joli trentenaire quand même, bien que cet âge ne soit en rien canonique.

Pour les amateurs de chiffres (alcool, pH, acidité totale, sucres résiduels, glycérol), je ferai suivre plus tard un tableau regroupant l’ensemble des données relatives à chaque vins que Simon Lambiel nous a communiqué.

Johannisberg Saint-Martin 1983 : Robe jaune très claire, limpide. Le nez apparait un peu fermé dans un premier temps, puis il s’ouvre sur des notes d’amande douce, de champignon frais. La bouche est remarquable de finesse, elle est d’une très grande fraîcheur, l’équilibre est magnifique puisque la densité échappe à toute lourdeur et que finalement l’acidité est très discrète. Longueur superbe. Voila déjà un premier « TGV » (Très Grand Vin, copyright Jérôme Aké).

Petite Arvine Sous l’Escalier 1987 : Ici aussi, la robe est d’un beau jaune clair. Nez de raisins secs, de rhubarbe, de thé noir. En bouche, la typicité du cépage valaisan est stupéfiante, le caractère salin est présent quasiment dès l’attaque ! La finesse est exceptionnelle, tout comme le sont l’équilibre et la fraîcheur en bouche.La grande classe pour cette PA, vivifiante et tonique, qui évolue dans un registre clairement moelleux (voir le tableau pour connaître les sucres résiduels) et où l’on retrouve un caractère citronné en finale. Une PA renversante ! Un autre TGV, et qui fonce à pleine vitesse !

Cette petite arvine a été élevée en foudre de bois d’une contenance de 2000 à 2500 litres

Johannisberg Saint-Martin 1993 : Robe jaune or prononcé. Nez sur des notes de moka, d’abricot, de fruits confits, d’amande. Un vin qui s’annonce déjà complexe au nez. En bouche, je perçois un CO2 très fin. La densité en bouche est plus massive, car la sucrosité est plus importante que pour le vin précédent (plus du triple). De fait la liqueur est riche, très agréablement fondue, procurent un caractère presque crémeux. Voici encore un vin qui recèle une finesse magistrale, d’une fort belle fraîcheur, et où la finale est ici aussi légèrement citronnée. Très belle longueur. Un fort joli vin, certainement moins émouvant que les deux précédents, mais bien plus que simplement fort aimable.

Petite Arvine Sous l’Escalier 1995 : Robe jaune or limpide. Notes fruités : ananas, citron, florale : glycine. Un vin qui possède du corps, bien que sa sucrosité soit discrète. Ici encore l’équilibre en bouche est remarquable, l’acidité est intégrée, la finesse est superbe. Je trouve ce vin particulièrement subtil. Il est aussi typé, bien que le caractère salin soit moins prononcé que sur le millésime 1987. Fort belle longueur. C’est le premier millésime où le Domaine du Mont-d’Or n’a pas réalisé de seconde fermentation (FML) sur ce vin, et pourtant, la densité de ce vin est plus importante.

Ermitage Merle des Roches 1999 : Robe or, avec quelques reflets verts. Le premier nez est intense, fruité, avec des notes de framboise, de massepain. La bouche est grasse et riche, fondue. Cet Ermitage est toutefois frais et tonique, superbement équilibré et de grande longueur. En finale, je perçois un petit amer, très discret, qui ne gate en rien le superbe toucher de bouche, où gras et finesse s’associent à merveille. Petit caractère iodé en finale, qui rehausse encore selon moi la tonicité de cet Ermitage fort séduisant. a partir de ce vins dans cette dégustation, nous sommes désormais en présence de vins ayant le label de la Charte Grain Noble ConfidentCiel.

Petite Arvine Sous l’Escalier 2000 : pour la première fois (il s’agit du septième vin de cette dégustation, les sucres résiduels sont supérieurs à 100gr/litre -119,5 précisément). La robe est d’un jaune profond légèrement orangé, mais limpide. Nez sur des notes d’abricot, d’écorce de citron, de massepain. L’attaque en bouche est franche, puis apparait le caractère moelleux, signant une densité forcément plus conséquente, qui ne soustrait pas la fraîcheur de l’ensemble. Voici un vin plus profond, gras, très long et qui a lui aussi un équilibre souverain, mais cette fois dans un équilibre liquoreux et non plus moelleux. Le style est bien là, le caractère peut-être plus prononcé. La typicité peut-être un peu moindre aux autres arvines, en tout cas dans un premier temps (la salinité paraitra étonnamment plus nette au réchauffement dans le verre).

Ermitage Merle des Roches 2003 : changement de millénaire ! Un vin récolté fin octobre, la robe est limpide, d’un jaune plutôt pâle. Notes de fruits : abricot, framboise, de banane mûre « qui noircie dans la coupe de fruits » (Simon Lambiel). Ici aussi nous sommes dans un registre liquoreux, en présence d’un vin très fin et très frais, dont le toucher de bouche est tout simplement savoureux (je trouve la sensation tactile que procure cet Ermitage tout simplement formidable), la liqueur est agréablement fondue. En finale, on perçoit aussi des notes d’épices douces. Quel équilibre !

Johannisberg Saint-Martin 2005 : Robe d’un jaune or soutenu. Le nez est moyennement intense, avec des notes d’amande, de citron. La bouche est très grasse, la liqueur est conséquente, et de fait la viscosité du vin laisse apparaitre sur le verre des larmes particulièrement épaisses. La finesse de cette riche matière n’est toutefois pas en retrait. ce vin parait presque sphérique tant il est riche. Sa richesse (ou puissance) n’altère en rien son caractère élégant. L’équilibre est tel que ce vin n’est pas lourd. Grande longueur. Elevage en barriques, neuves pour moitié, et de 2e vin pour l’autre moitié.

Petite Arvine Sous l’Escalier 2007 : Robe d’un beau jaune clair. Belle attaque en bouche accompagnée de notes d’ananas, de citron tout particulièrement. En bouche, ce jeune vin est légèrement gras et très fin. Portée par une acidité marquée mais intégrée et nullement agressive, la liqueur, se développe avec grâce, presque en filigrane, offrant un caractère quasi aérien (effet Clouds ?). Très belle longueur où l’on retrouve une salinité rafraichissante.Les fameuses guérites jaunes du domaine. (crédit photo : Dom. du Mont-d’Or).

Ermitage Merle des Roches 2007 : nous dégusterons donc deux vin de ce millésime « sauvé par une fin d’été et un automne ayant permis une concentration des baies et le développement d’un botrytis supérieur à la moyenne. Belle robe d’un jaune or limpide. Nez sur des notes de truffe, de framboise, de citron, de coing et de moka aussi. En bouche la richesse est immédiate : ce liquoreux est concentré, puissant, très riche. Mais la finesse ne s’en laisse pas compter et est bien partie pour dompter cette riche matière. De fait, l’équilibre en bouche est déjà présent. Grande longueur pour ce liquoreux qui possède une richesse en sucre résiduel plus de huit fois supérieure au vin de petite arvine millésime 1987 (216 gr contre 26,5).

Nous terminons cette dégustation avec un vin qui vient d’obtenir le second rang au Grand Prix des Vins Suisses 2012 ce 23 octobre :

Johannisberg Saint-Martin 2010 : Robe très claire, une fois encore je retrouve des notes d’amande, de citron, de banane mûre. La bouche est tonique et fraîche, grasse et de belle longueur. Le boisé est intégré. L’équilibre en bouche est déjà bien là. Ce vin jeune se montre déjà fort bien aujourd’hui,  mais surtout il va se complexifier dans les années à venir. La qualité du toucher de bouche est une constante qu’il convient de souligner.

N’en jetez plus ! Des dégustateurs n’ont pas hésité à parler de vins de classe mondiale.

L’apparition de la Charte Grain Noble ConfidenCiel n’a pas changé l’esprit des vins de Mont-d’Or. L’élégance des vins étant un des éléments clés du plaisir qu’ils procurent. Les règles de la Charte ont en fait créées une dynamique bâtie sur des règles plus strictes (à la vigne et dans les chais, voir ici les 10 règles de la Charte). Les vignerons ont modifié leurs « habitudes » de travail, prenant conscience que le potentiel était immense et qu’il convenait de l’exploiter davantage. A noter que  l’apport de l’élevage en fûts de chêne (pour les vins de la Charte, la petite arvine étant toujours élevée en foudre de bois de 2000 litres), et sur la base des vins dégustés, l’impact porte sur la complexité des vins. Son dosage semble donc judicieux.

Comme chaque millésime est une nouvelle découverte, les vignerons valaisans et du Mont-d’Or n’ont pas finis de nous surprendre …en bien !

Laurent

Pour la présentation du domaine, voir article précédent.

 

Coordonnées du domaine et liens :

Domaine du Mont-d’Or

Route de Savoie 64

Case Postale 415

CH 1951 Sion

Tél. : 027 346 20 32

E-mail : montdor@montdor.ch

Site Internet : www.montdor.ch

Le Domaine du Mont-d’Or dispose également d’un caveau.

Le site de la Charte Grain Noble ConfidenCiel

 

 

 

Share This:

A propos Laurent Probst

Mon blog sur les vins suisses, librement et avec plaisir (ce qui n'exclut pas quelques accès d'humeur). Mais pas que du vin, de la cuisine, des photos, des hors sujets parfois aussi. Bienvenue ...en Suisse ! En mai 2014 j'ai créé une société individuelle : Laurent Probst - Vin & Communication avec laquelle je propose des prestations payantes aux caves de Suisse romande : visites de caves, réalisation et publication de communiqués de presse, travaux d'écriture et de relecture de sites Internet, gestion et animation de pages professionnelles sur les réseaux sociaux, travaux photographiques, traduction FR/DE en partenariat avec un journaliste alémanique, vente d'espaces publicitaires, vente de vin. Je suis membre de la Fédération Internationale des Journalistes et Ecrivains du Vins (FIJEV), depuis 2011. Laurent Probst
Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *