Au Dom. de Penloup ne criez pas gare au vigneron-caviste !

 

Vigneron-éleveur à Tartegnin, sur La Côte, Vincent Graenicher est aussi co-réalisateur de films promotionnels des vignobles et vins vaudois, dont le dernier consacré aux prochaines journées des caves ouvertes -dommage, je n’ai pas retrouvé le lien internet de cette courte séquence d’une quinzaine de secondes, qui ne semble pas avoir été placée sur le site internet ad hoc des caves ouvertes…

Nous nous étions croisés l’an passé à Cully lors d’une dégustation de sélection de la Baronnie du Dézaley, pour laquelle il avait été convié en tant que jury, puis à Zürich, lors de Mémoire & Friends, où il m’avait présenté une sélection de ses vins (à lire ici dans le billet consacré aux vins vaudois dégustés ce jour-là). Aujourd’hui, chez suis chez le tartevinois (pour la petite histoire, les habitants de Tartegnin se sont appelés auparavant « Cacavites » ou « Rongesouches ». Nous commençons à discuter dans la cuverie et en profitons pour déguster deux chasselas 2011 : le dom. de Penloup, qui appartient à Vincent et à sa famille. il se trouve ici à Tartegnin. Un chasselas expressif et fruité, fin et légèrement rond en finale, il se présente de façon très agréable et offre une bonne persistance.

Nous dégustons aussi le Clos des Cordelières, un cru qui en fait n’est pas un clos et qui va donc perdre son nom et s’appeler « Es Cordelières », une ancienne dénomination. Ce domaine d’un seul tenant se trouve à Mont-sur-Rolle. Il est exclusivement dédié au cépage chasselas. Ce cru avait ce jour (11 avril) un plus de profondeur en bouche que la cuvée de Penloup. Il est doté d’un beau caractère, bien qu’un peu retenu. Voici donc un vin qui demande un peu de temps pour se donner pleinement, et qui, aujourd’hui, est encore en cuve …mais à l’instar des autres vins il sera prêt lors de la journée portes ouvertes au domaine les 26 et 27 mai prochain, lors du grand week-end des caves ouvertes vaudoises.

Dans le caveau, nous dégusterons quelques vins :

– Clos des Cordelières 2010 : nez floral sur des notes de tilleul, la bouche est franche, fraîche, sapide (et même salivante), la matière recèle une belle finesse, avec de la tension. En finale retour sur une note citronnée très agréable.  Un bien joli vin né sur des sols argilo-limoneux plutôt compacts. Il existe également une sélection parcellaire « vieille vigne »  -elle est d’ailleurs élevée et mise en bouteille in situ. Le cru des Cordelières, loué par la famille de Vincent depuis 45 ans (1967) représente une surface de plus de 3ha.

– Dom. de Penloup, Chardonnay barrique 2009. Un élevage de 12 à 13 mois. Il n’a pas été fait de 2e fermentation sur ce millésime. De fait, ce chardonnay a conservé une acidité de bon aloi, qui contrebalance bien le gras de la matière. Un chardonnay qui possède une très agréable finesse en bouche, et une belle longueur. Le boisé est bien intégré. Il reste reste quelques grammes de sucre résiduel qui n’a pas fermenté, une douceur qui ne perturbe pas la finale.

– Dom. de Penloup Le Mamertin 2010 : un vin d’assemblage élevé en barrique (1/4 neuves), voulu dynamique (malo partielle à hauteur de 20 % seulement). Un peu marquée par le bois aujourd’hui, principalement au premier nez, cette cuvée  recèle aussi du fruit, principalement des notes d’agrumes, que l’on retrouve jusqu’en finale, ce qui apporte une sensation d’étirement de la matière, et renforce la fraîcheur et l’harmonie de ce vin.

– Dom. de Penloup, Le Falerne 2009 : un assemblage de gamaret pour 1/5e et de merlot pour 4/5e. Nez de belle intensité sur des notes épicées surtout. La bouche est dense, puissante, les tanins sont gras, ronds, serrés. Finale réglissée. Mérite quelques années de garde (3 à 5 ans sans doute). Envisagez aussi un passage en carafe.

– Dom. de Penloup 2010, Le Falerne 2010 : l’élevage est plus perceptible au nez, en bouche la matière est plus souple, et l’équilibre général s’en ressent, et je trouve ce millésime plus harmonieux, et en tout cas plus accessible dès maintenant. En bouche le fruité reprend ses droits. Joli vin équilibré, de belle longueur, avec ici aussi une finale agréablement salivante.

Dom. de Penloup, le Caecubien 2010. C’est un assemblage de diolinoir (4/5e) et de garanoir (1/5e). Robe de belle profondeur, le nez est intense, fruité, avec des notes signant la belle maturité des baies (cerise noir, la mure, la réglisse). Un vin bien charpenté, mais harmonieux, aux tanins de velours. Élevage principalement en cuve, mais aussi en barrique de 3e feuille.Le lien internet de la cave

Merci pour ton accueil Vincent,

 

Laurent

Lien vers Youtube et le spot « le vin vaudois, un instant de séduction »

Share This:

A propos Laurent Probst

Mon blog sur les vins suisses, librement et avec plaisir (ce qui n'exclut pas quelques accès d'humeur). Mais pas que du vin, de la cuisine, des photos, des hors sujets parfois aussi. Bienvenue ...en Suisse ! En mai 2014 j'ai créé une société individuelle : Laurent Probst - Vin & Communication avec laquelle je propose des prestations payantes aux caves de Suisse romande : visites de caves, réalisation et publication de communiqués de presse, travaux d'écriture et de relecture de sites Internet, gestion et animation de pages professionnelles sur les réseaux sociaux, travaux photographiques, traduction FR/DE en partenariat avec un journaliste alémanique, vente d'espaces publicitaires, vente de vin. Je suis membre de la Fédération Internationale des Journalistes et Ecrivains du Vins (FIJEV), depuis 2011. Laurent Probst
Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *