• La 20e fête du Raisin à Féchy se tiendra le 23 septembre 2017

Dis voir, toi …un diolinoir ?

Rencontre avec un cépage né voici une quarantaine d’année à Pully, à la station de recherche fédérale (voir plus bas, mon « informateur » -que je remercie- m’a transmis une fiche sur ce cépage).

Diolinoir 2008 de la Cave Fin Bec

(j’en connais un qui va être intéressé par cette cave !).

Un vin élevé en barrique.

Robe d’un rubis très sombre. le nez est marqué par une note vanillé que je ne trouve pas envahissante, contrairement à Mme Vinsconfédérés qui la trouve trop appuyée. Le nez parait un peu lourd, avec des notes de fruits noirs (dont le sureau), mais aussi de graphite, de goudron.

La bouche est riche, les tanins sont compacts, gras. L’ensemble ne manque toutefois pas de cohérence, la puissance est réelle, l’alcool et le boisé sont intégrés. La finesse se développe durant la finesse. Un vin loin d’être inintéressant, manquant un peu de fraîcheur à ce stade d’évolution. A laisser vieillir quelques années avant consommation sans aucun doute.

Laurent

La fiche du cépage DIOLINOIR :

Le Diolinoir est un cépage relativement récent. Il a été sélectionné par les stations fédérales de Pully en 1970 en fécondant du Rouge de Diolly par du pollen de Pinot Noir. Si le Pinot Noir est bien connu, le Rouge de Diolly a été introduit dans la collection des stations fédérales en 1940 en provenance des collections du Dr. Henry Wuilloud de Diolly sur Sion. Le nom exact de cette variété, mère du Diolinoir, qu’Henry Wuilloud assimilait au Poulsard Noir du Jura, n’a finalement pas pu être établi par les ampélographes.

Le Diolinoir a été sélectionné dans le but de mettre à disposition des viticulteurs un cépage qui puisse à la fois mûrir sous nos latitudes, qui soit au bénéfice d’une structure concentrée, avec des tannins et une intensité colorante très supérieurs à la moyenne. Ainsi, la culture du Diolinoir permettra de disposer d’un cépage très utile pour ses qualités dans un assemblage, amenant à la fois la couleur et les tannins que les vinificateurs trouvaient autrefois auprès de vins rouges achetés à l’étranger. Au printemps 1990, après 20 ans d’observation et d’essais, le Diolinoir est entré officiellement dans la liste des cépages autorisés en Suisse.

Le Diolinoir résiste bien à la pourriture. De maturité moyenne et de bonne fertilité, il exige une parfaite maturation pour exprimer toutes ses qualités. Il n’est donc pas conseillé de le planter trop haut dans le vignoble car le sondage idéal à obtenir est supérieur à 90° Oechslé. Les grappes sont moyennes et allongées, assez compactes avec un pédoncule court. Les baies bleu-noir ont un jus incolore et une pulpe juteuse.

Le vin est fruité, corsé et surtout très riche en couleur et en bons tannins. Le Diolinoir est très rarement bu seul car un élevage en cave de quelques années serait nécessaire pour arrondir la force de sa jeunesse. Il est de plus en plus souvent marié à la Dôle ou assemblé avec d’autres cépages auxquels il apporte sa belle robe, sa structure particulière et son aptitude plutôt bonne au vieillissement.

Share This:

A propos Laurent Probst

Mon blog sur les vins suisses, librement et avec plaisir (ce qui n'exclut pas quelques accès d'humeur). Mais pas que du vin, de la cuisine, des photos, des hors sujets parfois aussi. Bienvenue ...en Suisse ! En mai 2014 j'ai créé une société individuelle : Laurent Probst - Vin & Communication avec laquelle je propose des prestations payantes aux caves de Suisse romande : visites de caves, réalisation et publication de communiqués de presse, travaux d'écriture et de relecture de sites Internet, gestion et animation de pages professionnelles sur les réseaux sociaux, travaux photographiques, traduction FR/DE en partenariat avec un journaliste alémanique, vente d'espaces publicitaires, vente de vin. Je suis membre de la Fédération Internationale des Journalistes et Ecrivains du Vins (FIJEV), depuis 2011. Laurent Probst
Pour marque-pages : Permaliens.

2 réponses à Dis voir, toi …un diolinoir ?

  1. Cornalin dit :

    Salut Laurent,

    Et qui est le mystérieux inconnu qui va être intéressé par ce CR ?… Tu le dis qu’à nous, en toute confidentialité, bien sûr… A moins que l’on attende qu’il se manifeste…

    Amitiés

    RV

  2. Laurent dit :

    C’était mystérieux ? Je n’y avais pas pensé. Il s’agit d’Yves Beck, dont le site internet (voir dans les liens rubrique sites Internet sur le vin) est un subtil jeu de mots : Finbeck

    Yves, qui, je le rappelle, a écrit et publié en fin d’année passée un ouvrage sur les vins de la région des Trois-Lacs. Livre publié en français et en allemand.

    Amitiés,
    Laurent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *