Vaud : « couper son vin n’est pas jouer », bis repetita !

Viticulture : retour sur l’adaptation de la loi vaudoise aux normes européennes.

Il faut mettre un peu d’ordre dans cette partition a exigé la Berne Fédérale.

Alors au boulot amis vaudois, et que l’on s’y retrouve ! Soyons francs, il semble que l’on s’approche d’une solution, mais en reculant.

Un pas en avant, deux pas en arrière.

Pour chercher à comprendre, voici le communiqué de presse officiel, tel qu’il est paru :

 

Adaptation aux nouvelles dispositions fédérales
Nouveau règlement sur la désignation des vins vaudois

Afin de se conformer aux dispositions de la nouvelle législation fédérale, un nouveau règlement encadrant la désignation des vins vaudois doit entrer en vigueur au premier juin 2009. Il consacrera la fin du droit, pour une appellation, de contenir 49% de vin issu des vignes en périphérie mais hors du périmètre. Les nouvelles limites des AOC coïncideront désormais avec celles des six régions viticoles: Chablais, Lavaux, La Côte, Côtes-de-l’Orbe, Bonvillars et Vully.

Aujourd’hui, dans le canton, plusieurs lieux de production donnent droit à une AOC sous certaines conditions à leurs vins. Jusqu’ici, un tel vin a droit à l’appellation d’origine contrôlée (AOC) du lieu de production, si au minimum 51% du raisin provient des vignes de ce territoire, les 49% restants provenant d’un vignoble voisin. A partir du 1er juin, cette possibilité disparaît. Les nouvelles dispositions fédérales, conformément au droit européen, imposent en effet de renoncer à cette règle du « 49-51 % ».

Afin d’éviter que cette nouvelle contrainte ne diminue drastiquement les volumes de production des AOC et réduise le prestige des autres vignobles, impliquant une baisse spectaculaire du revenu de la viticulture vaudoise, les appellations seront désormais réservées aux vignobles des six régions viticoles du canton: Chablais, Lavaux, La Côte, Côtes-de-l’Orbe, Bonvillars et Vully. Le nombre d’AOC est donc réduit, mais leur surface totale reste inchangée.

Au sein de chaque appellation, chaque lieu de production lié jusqu’ici à une AOC spécifique subsistera et pourra continuer à être identifié par les consommateurs: à des conditions précises de qualité et d’élaboration stipulées par le nouveau règlement, une mention sur les étiquettes pourra indiquer le lieu de production, à côté de l’indication de l’AOC de la région.

Le futur règlement prévoit, au sein de chaque région donnant droit à une appellation, d’autoriser le vin d’un lieu de production à être composé jusqu’à 40% de raisin d’un autre vignoble de la même région viticole. Par ailleurs, chaque vin AOC aura la possibilité d’être coupé à hauteur de 10% de vin suisse de classe au moins équivalente, conformément aux règles en usage.

Le règlement introduit en outre des critères qualitatifs pour obtenir la mention « Grand cru » et « Premier grand cru » (pas de coupage, teneur en sucre, lieu de production). Cette hiérarchisation qualitative et la simplification du système des AOC sont favorables aux consommateurs.

En outre, le règlement réunit en un seul texte des dispositions auparavant dispersées dans quatre textes distincts, ce qui simplifiera grandement la tâche des milieux concernés.

Elaboré en partenariat avec les représentants des professionnels de la viticulture (vignerons, encaveurs, négociants), ce futur règlement est maintenant soumis à la consultation des communes viticoles et des organisations professionnelles.
Bureau d’Information et de Communication de l’Etat de Vaud.

A lire également deux documents PDF

Alexandre Truffer nous donne son avis depuis son site RomanDuVin.ch  et semble partager la même perplexité que moi et celle de bien d’autres lecteurs de ce texte préparatoire, qui devrait (si rien ne change d’ici là) être avalisé de façon définitive fin avril 09.

En vérité, et pour tout dire, la montagne a accouché d’une souris. On crie haro sur le coupage, et on réintroduit le coupage !

Bref, voila un texte qui parait aussi tendre et mou qu’une motte de beurre trainant sur la table de la cuisine depuis quelques heures…

Une info qui aurait pu sortir le 1er avril, si, je n’avais rien de plus sérieux à vous proposer demain…

 

Pour se replonger dans le premier texte sur ce sujet, faire clic ici

 

laurent

Share This:

A propos Laurent Probst

Mon blog sur les vins suisses, librement et avec plaisir (ce qui n'exclut pas quelques accès d'humeur). Mais pas que du vin, de la cuisine, des photos, des hors sujets parfois aussi. Bienvenue ...en Suisse ! En mai 2014 j'ai créé une société individuelle : Laurent Probst - Vin & Communication avec laquelle je propose des prestations payantes aux caves de Suisse romande : visites de caves, réalisation et publication de communiqués de presse, travaux d'écriture et de relecture de sites Internet, gestion et animation de pages professionnelles sur les réseaux sociaux, travaux photographiques, traduction FR/DE en partenariat avec un journaliste alémanique, vente d'espaces publicitaires, vente de vin. Je suis membre de la Fédération Internationale des Journalistes et Ecrivains du Vins (FIJEV), depuis 2011. Laurent Probst
Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *